.

.

Qualités et défauts (1)

.

préabuleJPG

Salut ami

Nous, Hommes, avons une caractéristique qu’aucun être terrestre ne possède: nous savons aisément distinguer ce qui est bien et ce qui est mal. Et c’est du bien et du mal que j’aimerais parler aujourd’hui, ou plus exactement de leur action sur notre caractère que nous appelons qualités et défauts.

Nous avons l’habitude de dire: J’Ai telles qualités et tels défauts; c’est MON caractère, JE suis fait comme ça. C’est une façon courante de penser, mais c’est une mauvaise façon (plus exactement ça montre le jeune âge de l’humanité). En fait qualités et défauts existent indépendamment de nous. Avant que nous naissions ils existaient, et longtemps après que nous serons morts ils existeront encore. Ils n’ont pas besoin de nous pour exister.

Simplement, à cause de l’ego dont nous sommes tous affublés, nous avons pris l’habitude d’accueillir en nous certains de ces qualités/défauts, et nous disons: ce sont MES qualités, MES défauts, c’est MON caractère. L’ego en nous s’approprie les choses (tout comme nous ne possédons pas ce corps que nous utilisons; il nous a été PRÊTÉ à la naissance et nous devrons le RENDRE un jour).

Nous croyons que le corps nous appartient, alors quand il meurt nous sommes convaincus que c’est nous qui mourons. Mais c’est faux! Complètement, 100% faux. Nous croyons que qualités et défauts nous appartiennent, alors nous avons honte des uns et sommes fiers des autres. Quand j’étais plus jeune j’ai connu une jolie blonde aux yeux d’un bleu magnifique; elle se savait belle et cela la rendait presque insupportable. Je m’étais alors demandé comment on peut se réjouir de quelque chose que l’on ne contrôle pas ou dont on n’est pas responsable: elle n’avait pas décidé: je vais naître belle, n’est-ce pas, elle était était née comme ça, c’est tout (c’est son hérédité ou ses gènes qui ont décidé pour elle), alors pourquoi en être fière? De même les défauts: si je suis avare ou nerveux, je ne l’ai pas voulu, “on m’a fait comme ça”, alors pourquoi aurais-je honte de ce que je suis?

Si “distinguer les choses en bien et mal” a été à l’origine d’un effroyable bouleversement intérieur pour l’Homme (l’animal n’avait pas cela du tout: il vivait en harmonie avec la Nature), il est inutile de tenter de retourner en arrière et de régresser au rang d’animal (d’ailleurs la Nature ne régresse pas: elle ÉVOLUE, progresse et nous pousse en avant).

Cette capacité de voir le bien et le mal en toute chose est à la fois une bénédiction et une terrible chose: à cause d’elle nous pouvons CHOISIR (aucun animal ne le peut). Du poisson à l’oiseau et au mammifère, en passant par l’insecte et le reptile, tout animal est partie intégrale du monde dans lequel il vit. Certes il peut agir et réagir dans ce monde (et subir les conséquences de ses actions/réactions), mais il ne peut aller à l’encontre des lois du monde dans lequel il vit car il en fait partie.

Avec l’Homme, c’est différent. Parce qu’il peut distinguer le bien et le mal, il a le choix: il peut faire la bonne chose ou il peut faire la mauvaise chose (toutes deux volontairement ou involontairement, par ignorance). Et, tout comme l’animal, il subit les conséquences de ses actions/réactions. Mais comme il peut choisir et se tromper (s’il fait le mauvais choix), ces conséquences sont plus malencontreuses pour lui.

Mais pouvoir distinguer le bien et le mal est aussi un énorme avantage pour l’Homme. C’est comme s’il avait toujours avec lui une boussole qui lui indique s’il s’éloigne ou s’il se rapproche du bonheur (grâce à cette boussole l’Homme est CERTAIN d’être pleinement heureux un jour).

J’ai déjà expliqué que tout dans ce monde est potentiellement divin (chacun de nous aussi). Mais ce n’est qu’en devenant conscient de sa véritable identité (le VRAI moi qui est d'origine divine, et non mortelle comme le corps) qu’on peut découvrir cela. Aussitôt qu’on l’a découvert, tout devient divin: nous-mêmes d’abord, mais aussi tout ce magnifique monde qui nous entoure: amis et parents, maison et vêtements, etc. Et on n’a JAMAIS quitté le monde physique pour cela. Autrement dit, tout est parfaitement matériel.

“Maintenant tout est différent, et pourtant tout est resté pareil” (dicton zen)

Signature-Plume

2 commentaires:

Maryh K. a dit...

Ca parait toujours si simple quand on lit tes mots. Alors pourquoi tant de souffrance, tant d'interrogations, tant de doutes aussi parfois, au fond d'un même individu ? C'est comme si notre être (du verbe être) pouvait passer de l'harmonie au chaos sans transition autre qu'extérieure. Un seul sourire, un seul mot d'amitié et encore mieux d'amour, et tous les nuages sont dissipés. Un sentiment de solitude qui dure trop et qui s'éternise, un être aimé qui disparaît ou vous tourne le dos, et tout devient sombre et chaotique. L'être humain est quand même un drôle d' "animal" !!! Je dis cela tout en sachant que l'animal en cela est de loin supérieur à l'homme. Il semblerait (il semblerait seulement, au fond on n'en sait rien avec certitude) que l'animal ne connaisse pas ce genre de tourment. Comme tu le dis, il vit en harmonie avec la nature et ne cherche pas à gruger tous les autres animaux de son espèce en vue de son propre profit.
Mais bon, la vie est belle, et je te souhaite une journée merveilleusement ensoleillée.
MK

Jigé a dit...

Oui, c’est vrai, chère MK: «tant de souffrances, doute, etc.» En fait les choses sont simples et heureuses; c’est l’Homme qui complique tout à cause de la nature de sa faculté mentale qui perçoit tout en mode duel: joie/souffrance, certitude/doute, etc. et qui a besoin d’avoir un problème à résoudre pour pouvoir trouver la solution et progresser. Ainsi afin d’apprendre à être heureux il a besoin de connaître l’état où il ne l’est pas; parce qu’il n’en peut plus de souffrir, il cherche alors un moyen de sortir de la souffrance.

Ça signifie que LA SEULE CHOSE qui nous empêche de voir que la vie telle qu’elle est réellement est harmonieuse, c’est le mental.
La plupart des gens tentent bien d’améliorer la vie («la vie n’est pas parfaite, mais on n’y peut rien: c’est comme ça la vie»). Ce n’est qu’une minorité qui sentent: «on doit CHANGER la vie car c’est un désastre présentement» (mais il y en a bcp plus qu’il y a à peine 50-60 ans).

Un jour j’ai écrit que ceux qui ressentent comme une angoisse le fait qu’ils vont mourir un jour, se mettent en route pour faire une découverte extraordinaire: leur propre éternité. J’ai constaté alors que ceux-là sont assez rares. La plupart trouvent la vie d’une telle évidence qu’ils pensent que c’est naturel de mourir (c’est naturel POUR LE CORPS de mourir, mais l’Homme est bcp plus qu’un corps). Il faut souffrir pour chercher autre chose; dans un sens on peut dire que c’est une grâce qui fait qu’on souffre: le fait de ressentir les êtres et les choses comme source de souffrance (on se sent différent d’eux –ou eux de soi- et ça c’est intolérable) nous propulse dans une recherche du bonheur qui trouvera un merveilleux aboutissement.

Le «passage de l’harmonie au chaos» est NORMAL car le monde matériel est chaotique. En fait tu trouves ce monde chaotique parce que tu portes en toi le souvenir (inconscient) d’un monde d’harmonie. Beaucoup ne le trouvent pas chaotique car ils sont incapables de le comparer à un «autre monde» qui serait plus harmonieux.

L’animal, supérieur à l’Homme? Y a bcp de vrai là-dedans, mais l’Homme est tout de même plus évolué, non? C’est pas parce que l’Homme ne s’est pas encore trouvé (et donc n’est pas pleinement heureux) qu’il en sera tjrs ainsi. L’humanité est encore dans l’enfance; quand elle sera adulte, ce sera magnifique. Évidemment que «l’animal n’a pas ce genre de tourment» puisqu’il n’a pas de conscience de soi: il peut souffrir, mais il ne sait pas que c’est de la souffrance. Seul l’Homme distingue souffrance et bonheur (pour l’animal il n’y a que la vie -sans distinction de bien ou de mal- et il en fait partie). L’Homme a voulu étudier/connaître la vie; et pour cela s’est séparé d’elle –(en apparence seulement). L’animal, lui, est incapable de se séparer de la vie/nature, et comme elle est harmonieuse, il est en harmonie aussi.

Ce que tu dis du sourire et de la parole d’amitié est 100% vrai, et on gagnerait tous bcp à en faire une habitude de vie. Si les autres ne le font pour toi, rien ne t’empêche de le faire pour eux (FAIS AUX AUTRES CE QUE TU AIMERAIS QUE LES AUTRES TE FASSENT), et tu auras BIENTÔT plus de joie que tu peux en contenir.

Quoiqu’il en soit, en lisant PASSAGÈRE il est tout de suite évident que tu fais partie de ceux qui cherchent (article après article, c’est une joie de te lire), et ON NE PEUT CHERCHER SANS TROUVER.
JG

Mes articles

QUI EST DONC CE JIGÉ?

Ma photo
Laval, Québec
L'AVC qui a laissé mon corps handicapé en 1990 m'a aussi donné une compréhension inouïe de tous les êtres vivants (surtout humains mais aussi animaux).
Les scientifiques disent que nous utilisons seulement 10% du cerveau. Peut-être mon 10% s'est-il légèrement déplacé car des choses qui sont faciles à la plupart me sont impossibles ou difficiles et des choses qui leur sont extraordinaires sont très ordinaires pour moi.

Mes amis disent que je suis philosophique car je ne prends pas la vie pour acquis: je la questionne jusqu'à ce qu'elle me donne des réponses. Mais cela m'a amené à découvrir quelques uns de ses secrets, et ces secrets, je veux les partager avec toi, ami. (Voir L'HOMME QUI CHERCHAIT DES RÉPONSES -juil. 2008)

Articles les plus consultés

COMBIEN DE PAGES ONT VISITÉ MES AMIS ET D'OÙ SONT-ILS?



Compteur gratuit
DEPUIS JUIN 2009


Flag Counter





CES AMIS SONT ABONNÉS À CE BLOG