.

.











6 milliards d'amis












Je raffole de toutes sortes de documentaires (scientifiques, historiques, etc.) mais ceux que je préfère sont les documentaires animaliers. Le titre de cet article m’a d’ailleurs été inspiré par l’un d’eux, 30 millions d’amis, consacré à «nos amis les bêtes» -qui sont d’ailleurs moins bêtes qu’un certain Homo sapiens semble le croire. Pour toute personne qui n’est pas un «primaire», il devrait être évident que c’est la même vie qui anime l’être humain et l’animal –dont d’ailleurs nous sommes le descendant- (Sri Aurobindo, dans sa promenade quotidienne, faisait un détour pour ne pas déranger une famille de pinsons qui avait fait son nid au-dessus de sa galerie, et Ramakrishna s’est retrouvé avec des marques de fouet dans le dos après qu’il eut vu une vache se faire frapper: depuis toujours les «sages» sont sensibles à la vie, où qu’elle soit: dans un grillon ou dans un homme).

Mais ce n’est pas des animaux que je veux t’entretenir aujourd’hui, ami, c’est de l’Homme. Ceux qui me connaissent savent que pour moi tout individu est unique et important (ce qui implique qu’il a une valeur propre incontestable); mais un individu humain fait NÉCESSAIREMENT partie de l’espèce humaine; et l’espèce humaine, j’ai avantage à la protéger et à en prendre soin, puisque si elle disparaît, je disparais aussi. En fait l’espèce humaine, ce n’est pas une abstraction dans les livres de géographie: c’est toi, moi, et tout le monde. Nous sommes donc interdépendants par le fait même que nous appartenons tous à la même espèce.

Nous savons que l’espèce humaine (qui est une) est formée de 6 milliards d’individus. Et un individu, c’est quelqu’un qui pense et agit par lui-même. Et qui est indépendant des autres individus, non? FAUX! (En fait ça PARAÎT être vrai, mais c’est une APPARENCE seulement) Depuis quelques décades il est de plus en plus évident que chacun de nous a besoin de tous les autres et qu’en fait nous DÉPENDONS des autres pour notre survie même. Dans la société où il vit, le fonctionnaire a besoin du médecin, de l’épicier, du policier, etc. Il ne peut pas vivre seul. C’est IMPOSSIBLE!

Notre pays aussi dépend des autres pays. Non seulement l’import/export a-t-il lié inextricablement les pays ensemble, mais TOUT ce qui se passe nous rappelle que nous habitons tous la même planète (si l’Iran prépare la bombe, ça me regarde car c’est MA planète aussi): des Hommes meurent de la grippe porcine au Mexique, et vlan! tous les pays du monde sont touchés; de plus en plus de pays se regroupent pour des ententes (surtout commerciales mais parfois aussi politiques –ELENA, MercoSur, Union Européenne). De plus les nouvelles technologies et les médias d’information ont rapetissés la planète, au point que les nouvelles télévisées du soir nous apprennent ce qui s’est passé le jour même sur la planète: tremblement de terre au Pakistan, effondrement d’une école en Turquie, lancement d’une fusée en Corée du nord ou élections en Iran. J’envoie une lettre par courrier électronique à un ami européen, et je reçois sa réponse le jour même.

Où que je sois sur Terre, il semble que je puisse toucher n’importe quel autre pays. C’est comme si la Terre même m’interpelais: «Mais vous ne voyez donc pas que vous êtes UNE SEULE espèce?»

Nous savons (en théorie) qu’il y UNE humanité, composée de 6 milliards d’individus, mais ce n’est que de la théorie. En pratique c’est très différent: toute notre façon d’être et de vivre (organisation sociale et vie quotidienne) montre que nous nous sentons beaucoup plus comme un individu différent des autres individus, que comme membre de l’espèce humaine. Chacun de nous est isolé de tous les autres par un sac de peau qu’il appelle son corps. Pas étonnant que nous nous considérions comme indépendant des autres. Plus SEUL aussi -même dans une foule (c’est l’histoire des arbres qui cachent la forêt).

En fait les sociétés hyper-individualisées occidentales sont basées sur une sorte de consumérisme qui s’avère nuisible finalement s’il n’est pas accompagné d’une sorte de «collectivisme» et chacun doit avoir sa TV, sa tondeuse, etc. Ainsi notre style de vie valorise et encourage l’indépendance et la débrouillardise. Autrement dit on doit pouvoir «se tenir debout», ce qui n’est pas à dédaigner puisque c’est une marque de maturité.

Mais c’est une FAUSSE perception. La spiritualité dit depuis très longtemps (dans son langage mystique) que tout est illusion. En fait, nous ne voyons rien tel que c’est; nous ne pouvons voir que l’APPARENCE de la réalité telle que vue à travers des lunettes mentales déformantes. Nous sommes dans les ténèbres de la nuit, alors nous voyons si peu et très mal, naturellement. Mais aucune nuit n’est éternelle: c’est INÉVITABLEMENT suivi du retour du soleil; et là, tout est clair: les choses que nous devions regarder à la pauvre lueur d’une petite bougie nous apparaissent maintenant telles qu’elles sont: splendides. Pour celui qui voit les choses vraiment, tout est splendide et digne d’admiration. Pourtant rien n’a changé: c’est nous qui les voyons tels qu’ils sont (Maintenant tout est différent, et pourtant rien n’a changé dit le zen). Il faut voir autrement, c’est tout. Simple, non? Nous avons un regard qui complique tout, même ce qui est simple.

Pour que l’humanité puisse un jour être UNE, il faut d’abord qu’elle soit multiple. Comme je disais à une amie blogueuse, présentement, nous sommes encore dans le cycle d’individualisme (le «multiple»), mais le mouvement inverse de «collectivisme» se fait déjà sentir et s’accélèrera de plus en plus jusqu’à sa complète prédominance (ce qui est imminent): nous avons déjà passé le point de non retour, ce qui veut dire que c’est sûr d’arriver. Cette unité s’exprime par l’expression «NOUS SOMMES RELIÉS» (Voir
L’effet papillon et UNE humanité).

Chacun de nous a quelques amis et connaît quelques personnes hostiles. Mais la plupart nous sont complètement indifférents (comme le commis de l’épicerie où je vais habituellement ou encore le journaliste qui travaille au journal que je lis tous les jours). On s’imagine peut-être qu’il est normal que tous ces gens nous soient indifférents (tout comme on s’imagine qu’il est normal que la vie soit comme un yoyo: avec des hauts et des bas); «après tout, ça toujours été comme ça; c’est comme ça la vie! C'est vous qui êtes un inadapté». Eh bien oui! C’est comme ça (jusqu’à maintenant) parce que nous ne savons pas encore vivre, mais c’est sur le point de changer; l’urgence de la situation, texte après texte j’essaie de la dire, mais peut-être que ça nous prendra par surprise: «et la Terre sans s’y attendre deviendra divine» disait Sri Aurobindo.

C’est notre individualisme qui nous empêche de voir l’autre tel qu’il est vraiment: unique et splendide. Et puisque nous le voyons unique et splendide, c’est que chacun de nous l'est aussi. Alors, une seule chose à changer: notre individualisme.





5 commentaires:

anne des ocreries a dit...

Bonjour Jigé ! J'aime bien cette notion de l'autre "unique et splendide" - encore que "splendide" ne soit pas toujours un adjectif que j'attribue à certains (et je ne parle pas de l'aspect extérieur)
Bonne journée à toi !

Ève-Catherine a dit...

Merci pour ton grand coeur , ton positivisme hyper rafraîchissant .C'est un bonheur de te lire :)

Nanou La Terre a dit...

Bonsoir Jigé,
à mon tour de vous visiter... Étrangeté ou hasard, j'ai planté pour la première fois dans mon jardin huit tournesols en début juin. Vos réflexions sur le sens de cette vie me semblent remplies de positif et çà j'aime bien. La souffrance de la vie nous ouvre des horizons insoupçonnés, ne croyez-vous pas? L'union de tous les êtres, oui, et comment...
À votre tour, revenez me visiter, si le coeur vous en dit, dans "Un grand voyage", libellé écriture automatique.

Merci...J'ai bien aimé voir un petit tournesol dans mon blog...

Jigé a dit...

Merci chères A des O et EC, merci Nanou,

J’aimerais ajouter qu’avoir «6 milliards d’amis» implique qu’on les aime TOUS mais aucun en particulier puisque si on s’attache à un, cela veut dire que les autres sont moins présents dans son cœur.

En réalité, c’est TOUS qui sont importants car, comme je l’ai dit ailleurs: tous sont une pierre de l’édifice humain et personne ne voudrait d’une maison à qui il manque une pierre, n’est-ce pas? Alors merci mes amis de permettre que l’édifice humain soit complet.
JG

Jigé a dit...

Salut Nanou La Terre
«La souffrance de la vie nous ouvre des horizons insoupçonnés». Oui, c’est vrai; je comprends le sens de ta remarque: Quand tout va bien, on a naturellement tendance à prendre les choses pour acquis, et lorsqu’on le perd et que cela cause un souffrance, on apprend des choses qu’on n’aurait pas appris sans cette perte.

Par exemple mon AVC en 1990 m’a véritablement ouvert «des horizons insoupçonnés», même si mon corps est resté handicapé. Au point que si on m’offrait de guérir complètement à la condition de perdre tout ce que cela m’a apporté, je dirais «Non merci». Et toi, tes «horizons insoupçonnés» proviennent-ils de la souffrance?

En fait, si on étudie la vie de près, on s’aperçoit que TOUT «nous ouvre des horizons insoupçonnés». Les événements heureux sont une sorte de leçon et les événements malheureux sont une sorte de leçon. On peut apprendre de tout dans la vie; n’est-ce pas formidable?
JG

Mes articles

QUI EST DONC CE JIGÉ?

Ma photo
Laval, Québec
L'AVC qui a laissé mon corps handicapé en 1990 m'a aussi donné une compréhension inouïe de tous les êtres vivants (surtout humains mais aussi animaux).
Les scientifiques disent que nous utilisons seulement 10% du cerveau. Peut-être mon 10% s'est-il légèrement déplacé car des choses qui sont faciles à la plupart me sont impossibles ou difficiles et des choses qui leur sont extraordinaires sont très ordinaires pour moi.

Mes amis disent que je suis philosophique car je ne prends pas la vie pour acquis: je la questionne jusqu'à ce qu'elle me donne des réponses. Mais cela m'a amené à découvrir quelques uns de ses secrets, et ces secrets, je veux les partager avec toi, ami. (Voir L'HOMME QUI CHERCHAIT DES RÉPONSES -juil. 2008)

Articles les plus consultés

COMBIEN DE PAGES ONT VISITÉ MES AMIS ET D'OÙ SONT-ILS?



Compteur gratuit
DEPUIS JUIN 2009


Flag Counter





CES AMIS SONT ABONNÉS À CE BLOG