.

.

Où est le divin?






Tournesol_thumb_thumb_thumb_thumb_thJe te salue amicroix

J’ai grandi dans une famille catholique, et très tôt on m’a parlé de “Dieu” (un être mystérieux mais apparemment très puissant car il avait créé le monde “de rien”). Tout ce qui est mystère m’attirait: il fallait que je comprenne. Comme mon père me destinait à la prêtrise, à 12 ans, il m’a mis au séminaire. J’ai fait 1 an, ce fut très instructif: j’ai vu que les prêtres parlaient comme s’ils savaient mais qu’au fond ils ne savaient pas vraiment. Moi, je voulais savoir, pas faire semblant de savoir, alors l’année finie, je suis parti. Mais je ne SAVAIS toujours pas.

Pour moi savoir voulait dire “savoir être heureux”: à quoi sert de savoir si on n’est pas plus heureux? C’est alors que j’ai découvert la spiritualité. Il me semblait que “l’origine” des choses ne pouvait être sur cette Terre inharmonieuse. J’ai donc entrepris une recherche pour tâcher de comprendre. Ce que je ne savais pas, c’est que la recherche allait être si longue.

Au cours des années j’ai étudié tant de philosophies et de spiritualités, pratiqué tant de formes de méditation (j’ai même connu un authentique gourou pendant quelque temps). Et toutes promettaient le bonheur. Mais je ne parvenais pas à m’en tenir à UNE méthode. Les années passaient et je n’avais toujours pas trouvé la réponse à ma question (“Comment être heureux dans la vie?”), mais pas le bonheur ordinaire alternant avec des périodes où on n’est pas heureux, non: un bonheur inaltérable (j’étais mû par une soif d’absolu pourrait-on dire).

Autour de moi les gens paraissaient si à leur place, la vie leur semblait si évidente (“Mais c’est comme ça la vie: il y a des moments de joie et des moments de tristesse”). Alors je me demandais si je n’étais pas fou à vouloir à tout prix que ce soit un lieu de bonheur PERPÉTUEL. Tout de même j’avais vu un peu, n’est-ce pas, j’avais eu “des petites touches d’expériences”, comme une promesse pour plus tard: “oui, ça existe; cherches, cherches!

Alors j’ai continué à chercher. J’ai frappé à tant de portes pendant tant d’années. Le plus dur, c’étaient les “sages”, ceux qui ont toutes les réponses: “Le bonheur que vous cherchez n’est pas ici, sur Terre; élevez votre conscience vers Celui qui est bonheur suprême”. Je les écoutais un peu parce que leurs paroles étaient convaincantes, mais je cherchais le bonheur sur Terre, et comme ils n’avaient pas de réponse pour moi, j’ai continué à chercher sans eux.

Il fallait que je trouve, oui, mais où chercher: j’avais tourné le dos à la religion, m’étais séparé de la spiritualité, et la science,qui est prometteuse POUR L’AVENIR, ne m’a jamais attiré car elle a des réponses TRÈS limitées (comme un enfant intelligent qui insisterait pour apprendre seul, sans l’aide d’un adulte). Je ne savais donc plus où chercher. Un Homme, ça marche, dit-on: j’avais parcouru des kilomètres, frappé à toutes les portes, et n’avais toujours pas de rcomaéponse. J’étais au bout de la route quand j’ai eu la plus formidable expérience de ma vie.

La réponse (pour moi) a pris la forme d’un coma de neuf jours suite à un ACV (voir récit). Ce que nous ne comprenons pas, c’est que TOUT est la réponse, sans distinction de bien ou de mal. En fait, tout ça c’est de la vie; il n’y a QUE L’HOMME pour distinguer du bien et du mal là-dedans; il distingue même le monde matériel et le monde spirituel, alors que sans cette distinction il n’y a que LE monde, celui où nous vivons tous (qui est matériel ET spirituel).

Cette expérience (on peut l’appeler comme ça, non?) ne m’a pas transformée en “sage” ou en maître spirituel, mais m’a donnée une vision unitive des êtres et des choses. Par exemple il est tout de suite évident pour moi que MATIÈRE et ESPRIT sont la même chose vue de points de vue différents, et que certains être humains (appelés matérialistes) jettent sur LE monde (celui où nous vivons tous) un regard différent de celui d’autres êtres humains (qu’on qualifie de spiritualistes) et le décrivent en termes différents (les uns parlant de DIVIN et les autres de BONHEUR).

Je vois aussi qu’aucune de ces deux catégories de gens n’a réussi à apporter le bonheur total, permanent et égal (= pas parfois plus heureux et parfois moins heureux) à tous les Hommes. La spiritualité a réussi à rendre quelques individus rayonnant d’un bonheur ineffable À LA CONDITION QU’ILS SE DÉTACHENT DU MONDE. Quant au matérialisme, il n’a réussi qu’à enliser les Hommes dans un consumérisme des plus contraignants qui tourne le dos au bonheur de l’être humain. LA réponse n’est donc ni dans la spiritualité ni dans le matérialisme.

J’ai toujours cru que “il y a une réponse à chaque question” et que si on cherchait suffisamment, on finirait par trouver. Au sortir de ce coma je n’avais toujours pas LA réponse (bien que ces 9 jours de coma aient été une fantastique mine d’information), mais j’approchais: j’avais la preuve que même sans corps on est parfaitement vivant; c’était une découverte des plus intéressantes, mais comment appliquer cela à notre corps (celui qui arpente le boul. Maisonneuve et descend la rue St-Denis)?

C’était en 1990. Les “sages” ont leur expérience instantanément, moi j’ai mis 20 ans. Mais je suis têtu, c’est ma qualité: pas question d’arrêter de chercher avant d’avoir trouvé la réponse. Le processus est très graduel (bien sûr: ça n’a JAMAIS été fait). Mais j’approche, et il y a un fort pressentiment qu’à la fin ce sera instantané. POUR TOUT LE MONDE SANS EXCEPTION. Moi, je suis “la pomme rouge”: dans un pommier il y a des milliers de pommes. Et toutes deviendront rouges et délicieuses dans la même période: c’est que c’est la saison. Quelques unes mûriront un peu avant les autres pommes, comme pour leur dire que le temps est venu. Voilà frère, prépares-toi:

La saison de l’Homme est imminente

Signature-Plume_thumb2_thumb_thumb_t

4 commentaires:

almanachronique a dit...

Le Bonheur??
Je ne le conçois pas comme un gros tas de bonheur dans lequel obn se roule, mais comme des instants, parfois fiugaces, parfois plus longs, parfois intenses, parfois evanescents...
Entre chaque instant, parfois, c'est difficile...
Ce que je cherche, c'est la paix.
La paix avec les autres et avec moi... la paix... simplement et déjà, ce n'est pas facile...
Merci à toi
Alma

imagine a dit...

vive les simples d'esprit, le royaume des cieux leur appartient :)

Youkali a dit...

Aux innocents les mains pleines, pleines de roches à lancer à ceux qui en savent, qui cherchent.
Aux aveugles les mains vides, leur permettant de toucher à l'être aimé

LE-DINH TUE a dit...

Je vous communique avec plaisir mon site : "La quête du divin"
Nous marchons vers le même objectif mais sur un sentier différent.
Faite-moi signe.

Mes articles

QUI EST DONC CE JIGÉ?

Ma photo
Laval, Québec
L'AVC qui a laissé mon corps handicapé en 1990 m'a aussi donné une compréhension inouïe de tous les êtres vivants (surtout humains mais aussi animaux).
Les scientifiques disent que nous utilisons seulement 10% du cerveau. Peut-être mon 10% s'est-il légèrement déplacé car des choses qui sont faciles à la plupart me sont impossibles ou difficiles et des choses qui leur sont extraordinaires sont très ordinaires pour moi.

Mes amis disent que je suis philosophique car je ne prends pas la vie pour acquis: je la questionne jusqu'à ce qu'elle me donne des réponses. Mais cela m'a amené à découvrir quelques uns de ses secrets, et ces secrets, je veux les partager avec toi, ami. (Voir L'HOMME QUI CHERCHAIT DES RÉPONSES -juil. 2008)

Articles les plus consultés

COMBIEN DE PAGES ONT VISITÉ MES AMIS ET D'OÙ SONT-ILS?



Compteur gratuit
DEPUIS JUIN 2009


Flag Counter





CES AMIS SONT ABONNÉS À CE BLOG