.

.

La perfection

 

 

 



SALUT AMI

 

 
 
Dans les sociétés humaines tout nous incite à être parfait (une mère idéale, un employé modèle, etc.), et elles s’attendent à ce qu’on soit PARFAIT (on est censé connaître les lois et les règles, et leur obéir); même la bible nous exhorte à être PARFAIT «comme notre père céleste est parfait» (Matt. 5:48). C’est culpabilisant et ça nous empêche d’être heureux (du moins comme nous concevons que le bonheur doit être). C’est qu’en tenant compte des autres, le bonheur cesse d’être une chose individuelle. Ça toujours été comme ça, mais c’est seulement maintenant, que de plus en plus de personnes s’en aperçoivent. Beaucoup ne le voient même pas (pas encore): «Mais c’est comme ça la vie; soyez raisonnable, enfin!».

C’est que nous sommes à la fin d’un cycle. Nous vivons une période de TRANSITION. Le consumérisme et le «profit à tout prix» semblent encore très forts, mais ils sont moribonds en fait, et s’apprêtent à disparaître; ils seront remplacés par les valeurs du prochain cycle: une joie* TOUJOURS PRÉSENTE et une sorte de sentiment de… (pas amitié: le mot est trop fort), comment dire, comme si une personne que nous n’avons jamais rencontré n’était pas un étranger.

*         UNE JOIE qui n’est pas un sentiment, mais un ÉTAT compatible avec tous les sentiments.

Depuis des millénaires, l’être humain appelle PERFECTION ce qui n’est qu’une conception «juvénile» de la perfection: «est parfait ce qui a toutes les qualités et aucun défaut» (un diamant sans impureté, un travail exécuté très adroitement et avec minutie, etc.). Selon cette définition personne n’est parfait car quelqu’un qui aurait toutes les qualités et aucun défaut, ça n’existe pas. C.a.d. que pour nous la perfection est une sorte d’idéal moral très difficile à atteindre (et pas naturel). Autrement dit, c’est MAL d’être soi-même, il faut être quelqu’un qui n’existe pas: quelqu’un de parfait.

Un éminent théologien catholique (Thomas d’Aquin) a écrit un livre très sérieux pour dire qu’on ne pourra jamais être parfait car «seul Dieu est absolument parfait dans l’ordre de toutes choses». Alors puisqu’on n’est pas DIEU, inutile de d’essayer d’être parfait: il vaut beaucoup mieux chercher à s’améliorer (en partant de ce qu’on est).

Quel que soit notre âge, nous faisons partie d’une espèce dans l’enfance. Alors on comprend pourquoi la perfection est si difficile à atteindre: tout est DIFFICILE À ATTEINDRE  pour un enfant. Puisqu’il y a évolution, l’humanité croît à mesure que les siècles passent, et un jour elle sera adulte; et quand l’espèce humaine sera adulte, sa définition de ce qui est parfait deviendra plus «mature», automatiquement et tout naturellement.

Aujourd’hui, l’humanité traverse une période de TRANSITION où elle doit se débarrasser de la définition juvénile de la perfection afin de laisser place à une compréhension plus réaliste; mais comme elle n’est pas encore  ADULTE, ce n’est pas encore automatique et inné pour elle (c’est très naturel par contre): les gens que cette perfection intéresse doive donc s’y exercer; on peut l’atteindre, mais seulement sur la base d’une acceptation de soi (plus, plus tard).

Cette idée plus réaliste de la perfection est suggérée par l’étymologie latine du mot (per fectus): celui qui est bien fait, et à qui rien ne manque, est «par fait» -per fectus (évidemment l'être humain COMPLET, pas son corps). C’est une définition inclusive où l’on peut voir que tout le monde est parfait (ce qui ne veut PAS DU TOUT dire que l’on ne puisse pas s’améliorer).

Ces deux conceptions de ce qui est parfait mènent à des résultats TRÈS différents. Jusqu’à maintenant l’idée d’une sorte d’idéal de perfection ne semble pas avoir donné de grands résultats (POUR L’ESPÈCE, car pour l’individu il y a eu quelques rares cas intéressants); de plus, on dirait qu’une perfection totale est impossible: soit on recherche une perfection spirituelle soit une perfection matérielle, mais pas les deux.

Même la religion affirme que l’Homme est un PÉCHEUR qui ne sera jamais heureux sur Terre –où il vit pourtant; il ne peut l’être qu’après sa mort (s’il le mérite, bien sûr) dans un AUTRE monde appelé CIEL; la spiritualité abonde dans le même sens car ne dit-elle pas qu’on ne peut trouver «Dieu» qu’en se détachant du monde.

L’idéal d’un être humain intégralement PARFAIT (corps et esprit) semble donc impossible à atteindre selon cette définition «juvénile» de la perfection. C’est ici qu’entre en jeu une idée plus réaliste: tout le monde est DÉJÀ parfait, mais cette perfection est cachée par toutes sortes de choses (que la religion appelle des impuretés ou des péchés). Un exemple illustrera cela très bien. Un enfant est une version miniature de l’adulte; pour devenir adulte, il n’a pas besoin d’acquérir de nouvelles facultés, mais simplement à développer celles qu’il a déjà (de plus, il ne grandit pas par lui-même, c’est la nature qui fait tout).

Aucun cauchemar ne dure indéfiniment. Le mauvais rêve de l’humanité est sur le point de s’évanouir (c’est imminent); et ce sera remplacé par une très longue période de bonheur où  l’Homme ira de perfection en perfection dans une croissance intérieure sans fin et dans la joie d’exister.

Alors notre tâche est simple: laisser transparaître notre perfection en retirant un à un tous les éléments indésirables qui la cachent. Est-ce difficile? Eh bien ça dépend. Notre descendant n’aura aucun effort à faire pour cela: c’est la nature qui fournira l’effort (c.a.d. que ce sera inné).

C’est seulement pour NOUS, aujourd’hui, qu’un effort est nécessaire. Et on comprend pourquoi: pour que la Nature* puisse agir sur nous, il faut s’en remettre à elle. Or, on ne s’en remet pas à elle; au contraire, on cherche à asseoir notre maîtrise sur elle afin de mieux exploiter ses richesses (qu’on appelle RESSOURCES NATURELLES).  

NATURE. On connaît très mal la Nature. On appelle Nature les champs, les lacs, les forêts, etc. NON, ça c’est la NATURE MATÉRIELLE (son corps seulement). La Nature est beaucoup plus qu’un corps. La science a découvert récemment qu’elle a une vaste INTELLIGENCE qui «régule l’ensemble de la biosphère»; il  lui reste à découvrir sa SAGESSE et sa CONSCIENCE. La Nature est BEAUCOUP plus puissante que l’Homme, et quand ce dernier la considèrera comme sa Mère (= avec respect et amour), alors il ira vite et loin.

Il est urgent de cesser de croire que «Dieu» est un pur Esprit, sans substance: c’est 100% faux; la vérité est beaucoup plus belle: TOUT ce que nous voyons est Ça/Lui (matière ET esprit, absolument tout) car il n’y a RIEN d’autre.


 

 

 

Aucun commentaire:

Mes articles

QUI EST DONC CE JIGÉ?

Ma photo
Laval, Québec
L'AVC qui a laissé mon corps handicapé en 1990 m'a aussi donné une compréhension inouïe de tous les êtres vivants (surtout humains mais aussi animaux).
Les scientifiques disent que nous utilisons seulement 10% du cerveau. Peut-être mon 10% s'est-il légèrement déplacé car des choses qui sont faciles à la plupart me sont impossibles ou difficiles et des choses qui leur sont extraordinaires sont très ordinaires pour moi.

Mes amis disent que je suis philosophique car je ne prends pas la vie pour acquis: je la questionne jusqu'à ce qu'elle me donne des réponses. Mais cela m'a amené à découvrir quelques uns de ses secrets, et ces secrets, je veux les partager avec toi, ami. (Voir L'HOMME QUI CHERCHAIT DES RÉPONSES -juil. 2008)

Articles les plus consultés

COMBIEN DE PAGES ONT VISITÉ MES AMIS ET D'OÙ SONT-ILS?



Compteur gratuit
DEPUIS JUIN 2009


Flag Counter





CES AMIS SONT ABONNÉS À CE BLOG