.

.





Souvenir en black & blanc







Ami lecteur je te salue

J’avais environ 3 ans lorsque je pris le tramway pour la première fois avec maman pour aller je ne sais plus où (à cette époque on voyait encore des tramways dans les rues de Montréal). Il était bondé, mais maman parvint à dénicher une place libre à l’arrière. C’est là que je vis l’homme. Il était très différent de tous ceux que je connaissais. Il avait dû lui arriver quelque chose car il était tout noir. Je le dévisageais probablement parce que je me souviens que maman m’a dit que c’était impoli de faire cela. C’était mon premier noir et il me souriait; mon air ahuri devait probablement l’amuser. Mon premier noir, et c’était un «gentil».

Aujourd’hui cela ferait sourire, mais il y en avait si peu dans ce temps-là que c’était une chance d’en voir un. Plus tard la Nature (qui sait ce qu’elle fait, et qui aime bien ses enfants humains) allait remédier à cela: de nos jours dans tous les pays on trouve des Hommes1 de tous les pays. Comme si elle s’était amusée à mélanger tous ces humains: «Vous ne voyez donc pas que vous êtes UNE espèce?»

Un noir! Le mot nous gêne peut-être car on n’ose pas le prononcer. Les Français disent UN BLACK (c’est peut-être plus foncé que noir, qui sait?) tandis que les Américains disent pudiquement une personne de couleur (mais de quelle couleur, ça on ne sait pas). Le Canada n’est pas en reste car là, comme chez les Britanniques, on dit minorité visible (comme disait un humoriste québécois: «ça dépend de l’heure»): évidemment à minuit il est encore minoritaire, mais plus si visible.

Le mot «visible» me rappelle qu’on juge sur les APPARENCES. Et pourquoi? Tout simplement parce que nous portons tous des lunettes mentales qui déforment la réalité et ne nous montrent qu’une APPARENCE. Pas étonnant alors qu’on juge sur les apparences puisqu’on ne voit qu’elles. Mais alors, si constater qu’un Homme est blanc ou noir est accessoire et est une inévitable déformation de ce cher mental, que nous montre la réalité? Simple, qu’il soit blanc ou qu’il soit noir, un Homme est avant tout un individu de l’espèce humaine, c.a.d. un être humain, et la couleur de sa peau n’est qu’une APPARENCE superficielle qui est peut-être utile pour certaines statistiques, mais qui n’a rien à voir avec la réalité.

Quelle leçon pouvons-nous tirer de cet exemple «racial»? Élémentaire, mon cher Watson. Notre faculté principale, le mental, tout utile qu’il soit, est bien INCAPABLE de voir la réalité des êtres et des choses (tout comme un chat ne perçoit pas la réalité des choses, mais seulement un monde très félin). Nous devons donc aller à la prochaine étape de l’évolution (si le mental est limitatif pour toi, bien sûr; sinon, bonne continuation des APPARENCES). Puisque le mental est INCAPABLE de voir la réalité des choses2, il faut donc qu’il laisse la place à quelque chose qui le peut. Et pour cela qu’il se taise! C’est ici que la spiritualité peut nous aider.

À travers les siècles, des traditions spirituelles de plusieurs pays ont aussi noté l’incapacité du mental à percevoir la réalité, et donc ont développé quelques méthodes très efficaces pour obtenir son silence afin d'accéder à un autre niveau de réalité. JE PARLERAI DU SILENCE MENTAL DANS UN AUTRE ARTICLE.

____________
1. Au moyen de la majuscule, je distingue l'être humain (Homme) du mâle humain (homme); Homme et homme sont donc deux mots distincts. 2. Par exemple, la science (qui est très efficace mais aussi très limitative) est basée sur notre facullté mentale; or nous avons vu que le mental DÉFORME ce qu'il regarde, et est INCAPABLE de voir la réalité. Elle a même des "preuves" (car elle a mesuré avec précision) que l'Homme est nocif au bien-être de la planète. Or, lorsqu'on sort (temporairement) du mental, et qu'on accède à un autre niveau de RÉALITÉ, une des premières chose qu'on voit c'est que ce n'est pas vrai (Maintenant tout est différent, et pourtant tout est resté le même -proverbe zen).





13 commentaires:

anne des ocreries a dit...

voici un article avec lequel tout individu un peu ouvert et d'une intelligence normale et non-bornée ne peut être que d'accord !
c'est très interessant de constater que notre perception des "différences visibles" commence très tôt, dès l'éveil de note conscience, et je constate que toute la suite de nos réactions envers un type d'individus (Noirs, Asiatiques, Handicapés, Pauvres...) commence là, au premier regard que nous posons sur eux lorsque nous sommes tout petits, selon la réaction que nous renvoie notre entourage ; combien d'années faut-il à celui à qui on a appris qu'il s'agissait de gens "pas comme nous", "différents", pour qu'il comprenne que c'est faux et qu'il avait jusqu'alors vécu dans l'illusion ?
Je persiste à penser quele mélange est une bonne chose - non pas l'uniformisation, mais le mélange ; ainsi apprenons nous à trouver normale la diversité, à comprendre que nous sommes, en effet, DE LA MEME SORTE : humains de bout en bout.
c'est terrible aussi, ce "politiquement correct" qui se répand partout et ne permet plus que certains termes "autorisés" pour parler de gens ou de choses !
Hypocrisie ? Peur d'appeler un chat un chat ?
Je crois qu'il faudrait déjà laisser tomber les étiquettes conventionnelles ; lorsqu'on parle de quelqu'un on devrait dire d'abord "ce monsieur" ou "cette dame", et laisser tomber l'histoire de la couleur sauf si cela permet de préciser de quel monsieur ou de quelle dame on parle, au milieu d'autres par exemple. C'est si accessire, finalement, la couleur de peau d'un Homme (j'adopte la omenclature de l'auteur) - tellement moins important que sa bonté....
j'ai aimé cet article.

Ève-Catherine a dit...

dit moi crois tu en la spiritualité ? Tes textes sont beaucoup lié au mental , à notre perception , j'aimerais bien savoir ce que tu pense de la piritualité ....

Jigé a dit...

Salut chère EC,
La spiritualité est un de mes centres d’intérêt principaux. J’en parle constamment dans mes textes, sans mentionner le mot spiritualité car je n’ai que faire des étiquettes (tout comme le bouddhisme ne parle pas du divin, mais il donne les moyens de le trouver).

Mais je ne suis pas un spiritualiste «régulier» puisque pour moi c’est l’être humain qui compte, qu’il soit spiritualiste ou non. Tout le monde cherche à être heureux, et je m’efforce de décrire une des manières que je crois valable. Toi-même, avant de devenir bouddhiste, tu cherchais le bonheur d’une toute autre manière. Aussi, on peut dire que la spiritualité n’est pas une «théorie intéressante» pour moi puisque presque tout ce que je dis est devenu réalité pour moi (le reste m’étant inspiré intérieurement)

C’est vrai que je parle bcp du mental car c’est notre faculté active principale : que l’on soit matérialiste ou spiritualiste, il nous sert bcp. Il est très capable, mais aussi très limité. Il doit être dépassé, pas éliminé (un enfant aussi ne comprend pas parfois, mais on ne l’élimine pas pour cela; on lui donne de l’amour et un jour il sera un adulte remarquable).

Étrange coïncidence : je m’disais justement qu’il y a longtemps que je n’ai pas visité EC et j’allais voir ton espace.

art ♥ istique a dit...

Bonjour,
Je voulais te remercier pour ton commentaire sur mon blog, cela m'a fait très plaisir !
Je me suis abonnée au tient afin de ne louper aucun de tes nouveaux articles que je trouvent jusqu'ici très intéressants !
Au plaisir de nouveaux commentaires...

Justine.

karima B a dit...

Faut-il inhiber le mental, sortir de son antre, lui qui nous rend juges suprêmes? Je comprends que seule une extrême bonté, une divine bonté pourra donner du coeur à notre mental..
J'ai sans doute tort, la raison nous fait souvent défaut..
Bravo, l'être que je suis a aimé.

Jigé a dit...

Chère KB,
Il n’est pas question de se passer du mental car il est très utile et notre espèce a bcp progressé grâce à lui. Seulement, comme tout ce qui existe, il n’est pas parfait: il a des inconvénients majeurs (et même des lacunes graves dont je parle dans mon blog). Pour pallier à cela, nous avons avantage à aller à la prochaine étape de l’évolution; pas «inhiber» le mental (ce qui de toute façon n’est possible que très temporairement) mais aller plus loin.

Le mot de JUGE SUPRÊME décrit fort bien le mental car il n’y a que lui qui se permette de juger. L’Homme n’est pas qu’un être mental: il est bcp plus que cela (il a aussi un corps, mais il est bcp plus qu’un corps).

Il a aussi une partie divine (l’ÂME, qui est encore inconsciente chez la plupart). La «divine bonté» dont tu parles (et bien d’autres choses encore) trouve son origine dans l’âme. Lorsqu’on découvre «son âme», on ne devient pas un être sans corps et sans mental, on a simplement AJOUTÉ une dimension à tout cela.

Mon blog contient encore beaucoup de choses merveilleuses que je te laisse découvrir à ton rythme, mais si tu as des questions, n’hésites pas à demander.Amitiés,
JG

Amchan a dit...

Bonjour,
Je voulais te remercier d'être tombé sur mon blog (je te crois volontiers quand tu dis "par hasard" ^^) car comme tu le dis: Intéresse-toi au blog des autres, et les autres s'intéresseront à ton blog !

Les élucubrations du vieux rouge a dit...

Salut JIGE, merci d'être passé par mon blog.Je pense que le concept de race ne peut pas s'appliquer à l'Homme. C'est l'homme qui a inventé des races d'animaux pour en améliorer les performances. Dans la nature les animaux sauvages n'ont pas de race, les animaux sauvages se mélanges sans souci de la couleur du pelage ou du plumage. alors comme le dis Anne des O : " Vive le mélange".
Plus une société est métissée et plus les femmes et les hommes sont beaux.

Jigé a dit...

Cher GR,
Ce que tu dis est si vrai.

"Plus une société est métissée et plus les femmes et les hommes sont beaux." Par exemple, mon épouse est Japonaise, je suis "blanc", et ça a donné les deux plus beaux garçons du monde.

HND a dit...

bonjour
je suis HND, l'auteur du roman "le ruban de moebius" sur lequel tu es tombé par hasard.
Je te remercie de ton commentaire, je suis toujours trés heureuse quand on me dit que c'est intéressant : la suite arrive!
en tout cas c'est la seule façon que j'ai trouvé de le publier.
en ce qui concerne la connaissance de soi, je voudrais ajouter que la "conscience" passe par nos "sens". On ne le sait pas assez. Moi je l'ai vécu dans ma chair, mes nerfs et mes muscles et je le sais : nous ne sommes que perception. Dès que nos perceptions sont altérées, nous ne sommes plus"nous mêmes" et notre conscience de nous est altérée. J'ai été foudroyée en 2001 par une encéphalite et j'ai beaucoup de séquelles neurologiques. C'est une expérience trés traumatisante (qui confine à la folie) mais aussi trés enrichissante qui m'a fait comprendre combien ce que nous appelons "réalité" n'est qu'une illusion et ce que nous croyons être "nous" n'est en fait qu'une somme de perceptions qui peut varier en fonction d el'état de nos nerfs crâniens.
volià, j'espère avoir été claire.
De quel pays es-tu?
à bientôt.
hélène, l'amie française.

Dame Shay a dit...

Merci de votre passage sur mon blog. Le vôtre est impressionnant, je vais prendre le temps de le lire...

Jigé a dit...

Salut Hélène,
«La "conscience" passe par nos "sens"». Oui et non. Tout dépend de la définition qu’on donne aux mots conscience et sens (je crois que tu t’en doutes puisque tu as mis ces mots entre parenthèses).

Il n’y a absolument rien de parfaitement inconscient dans tout cet univers. C.a.d. que la conscience est partout -à des degrés divers et de façon relative. Par exemple, il est évident qu’un être humain est plus conscient qu’un animal, ou qu’un mammifère est plus conscient qu’un insecte. Mais la conscience est aussi relative, et la conscience de la douleur (par exemple) n’est pas la même chez deux individus par ailleurs semblables. Je n’ai parlé que de la conscience sur le plan physique. Or il existe de nombreux plans de conscience. UNE représentation (plutôt inexacte, mais qui aide à comprendre) nous montre une sphère composée de multiples «plans d’existence» concentriques, la sphère centrale étant la plus petite et la plus consciente, et représentant le Un (le Suprême, Dieu, etc.) puis s’extériorisant de plus en plus (et étant de moins en moins conscient) avec le plan le plus extérieur et le plus gros: le plan physique –le moins conscient.

(Il existe plusieurs représentations mentales –donc inexactes- de cela qui dépasse infiniment le mental, chacune ayant ses avantages et ses inconvénients).

La conscience prend connaissance des différents plans par de nombreux sens dont elle dispose. Sur le plan physique nous en connaissons 5-6, mais il y en a passablement plus. Ces sens sont très utiles car sans eux les différents mondes/plans seraient pour ainsi dire inexistants, et il n’y aurait qu’une conscience indifférenciée. Nous ne sommes PAS que perception, mais elle est TRÈS importante. Quand nos perceptions sont altérées, nous existons encore, c’est notre environnement qui change (résultat: la conscience de soi est altérée comme tu dis)

Pour répondre à ta question, je suis du Québec. Toi, c’était une encéphalite et moi, un AVC. Au début on ne voit que ce qu’on a perdu (je ne peux plus marcher, etc.) Puis viennent les découvertes formidables, et on se rend compte qu’on a perdu tout cela pour gagner autre chose (comme tu dis, c’est très enrichissant)Alors il y aura une suite au RUBAN DE MOEBIUS? À +, alors.
JG

Maindefat a dit...

merci pour ton commantaire sur mon blog, c'est sympa de ta part.
Ton article est pertinent et on peut qu'être d'accord avec toi. j'aime bien te lire, continues à nous faire partager tes réflexions
à bientôt
maindefat

Mes articles

QUI EST DONC CE JIGÉ?

Ma photo
Laval, Québec
L'AVC qui a laissé mon corps handicapé en 1990 m'a aussi donné une compréhension inouïe de tous les êtres vivants (surtout humains mais aussi animaux).
Les scientifiques disent que nous utilisons seulement 10% du cerveau. Peut-être mon 10% s'est-il légèrement déplacé car des choses qui sont faciles à la plupart me sont impossibles ou difficiles et des choses qui leur sont extraordinaires sont très ordinaires pour moi.

Mes amis disent que je suis philosophique car je ne prends pas la vie pour acquis: je la questionne jusqu'à ce qu'elle me donne des réponses. Mais cela m'a amené à découvrir quelques uns de ses secrets, et ces secrets, je veux les partager avec toi, ami. (Voir L'HOMME QUI CHERCHAIT DES RÉPONSES -juil. 2008)

Articles les plus consultés

COMBIEN DE PAGES ONT VISITÉ MES AMIS ET D'OÙ SONT-ILS?



Compteur gratuit
DEPUIS JUIN 2009


Flag Counter





CES AMIS SONT ABONNÉS À CE BLOG