.

.

Dieu et l’atome

 

 

Tournesol_thumb_thumb_thumb_thumb_thJe te salue ami

Il n’existe pas deux réalités, il n’y en a qu’une seule: c’est LA réalité, celle où nous vivons (nous sommes réels, non? –geste de se palper) La science et la spiritualité sont deux manières différentes et opposées de voir et d’expliquer cette UNIQUE RÉALITÉ. Ce qui importe vraiment, c’est cette réalité, pas l’explication scientifique ou spirituelle qu’on plaque dessus. L’une croit que Dieu est tout, l’autre croit que tout est fait d’atomes: deux langages différents pour expliquer LA MÊME CHOSE.

En fait toutes deux parlent de la même chose, mais chacune à sa façon (qui est partielle et partiale), c.a.d. que chacune n’a qu’un point de vue (le sien propre) et se méfie du point de vue de l’autre, qu’elle juge suspect. Ce que la spiritualité appelle Dieu (en ignorant souvent sa véritable signification) est la même chose que ce que la science appelle l’atome (dont elle a une connaissance très limitée*). 

*connaissance TRÈS limitée de l’atome: la science sait que tout est fait d’atomes: la montagne, la maison, le cheval et cet Homme. Elle sait aussi que l’atome minuscule est convertible en une formidable énergie (mais elle ne peut pas convertir TOUS les atomes en énergie, seulement ceux de certains métaux lourds –comme l’uranium ou le plutonium- et ce, à un coût astronomique et un danger de radioactivité qui est très nocif pour tout être vivant).

Or science et spiritualité sont toutes deux issues d’un schisme jadis: celui du SAVOIR (ou CONNAISSANCE) –et on nous assure que toutes deux réintègreront (probablement graduellement, mais rapidement) un jour le SAVOIR –de nombreux signes indiquent que ce jour est imminent. Et les rares personnes qui ont la CONNAISSANCE savent –théoriquement et pratiquement- que l’atome est de l’énergie matérialisée, l’énergie, de la vie concentrée, la vie, de la conscience concentrée, et la conscience est convertible en quelque chose de formidable qu’on appelle Dieu. Ainsi on peut aller sans discontinuité de la matière à Dieu et de Dieu à la matière, parce que l’atome est tout cela.

On se demande bien pourquoi il y a incompréhension depuis tous ces siècles. Mais ça achève: le temps est bientôt là où science et spiritualité ne ralentiront pas le progrès de l’humanité, mais le favoriseront. C’est SÛR d’arriver, et ce n’est pas loin (en fait le temps presse, c’est à notre porte –à l’échelle terrestre).  Et ce sera beau, beau au-delà de nos plus beaux rêves.

Naturellement notre vie sera très différente, impossible de vivre comme maintenant. Heureusement d’ailleurs car s’il y a tout de même de belles choses dans notre monde, on ne peut pas dire que nous rayonnons de joie. Il y a même des gens qui trouvent que c’est normal de ne pas être toujours heureux (“c’est comme ça la vie, soyez réalistes, enfin!”) Il y a aussi ceux qui trouvent que ça change trop vite (ils sont  légion); mais ceux-là, ce n’est pas vraiment qu’ils sont contre, c’est qu’ils sont inquiets: ils voient bien que le monde change, mais ils ignorent ce qui va arriver; ces gens-là, il suffit que quelqu’un qui sache leur dise la merveille qui veut venir. Enfin, il y en a quelques-uns qui sont contre par principe: quoi qu’il arrive, ils sont CONTRE, et se font sauter avec leur dynamite pour le manifester: le monde veut devenir plus intéressant, et eux disent NON.

Nous sentons que le changement est dans l’air (en fait notre époque est caractérisée par un changement rapide auquel nous tentons de nous adapter) et nous ressentons ce changement comme insécurisant; mais c’est seulement parce que nous ne comprenons pas où mène ce changement. Il est habituel d’entendre que “le monde de demain sera très différent de celui d’aujourd’hui”. Déjà internet et les nouvelles technologies ont modifié profondément ce monde et notre façon de vivre est très différente de celle d’il y a à peine 50 ans.

Changement profond, soit, mais cela ne veut pas du tout dire qu’il y aura discontinuité: le monde de demain, c’est NOUS AUJOURD’HUI qui le construirons, non? Et pourquoi craindre le changement? On parle souvent du changement climatique et du bouleversement des saisons comme si c’était une mauvaise chose; mais si on veut une température plus agréable, il faut bien que ça change un jour: eh bien ça y est: nous sommes en plein dans le changement!

Changement, continuité: qu’est-ce que ça signifie concrètement? Ça veut tout simplement dire que le monde de demain sera très différent d’aujourd’hui. “Mais différent comment?” Pour faire une analogie avec le cycle du jour, je dirais que ces derniers millénaires ont été comme les ténèbres de la nuit, et nous devions péniblement acquérir la connaissance nécessaire pour être heureux; mais  bientôt c’est le matin et le soleil éclairera tout le monde: il sera PLUS FACILE d’être heureux. Les conséquences bouleverseront toute la façon dont nous appréhendons le monde (et donc la façon dont nous vivons).

Signature-Plume_thumb2_thumb_thumb_t

3 commentaires:

almanachronique a dit...

On se demande, bonjour Jigé...
on se demande pourquoi les gens craignent tant le changement.
Tout n'est pas si parfait pourtant...
En ce moment, ici en France, en Beauce particulièrement, on nous affole avec la sécheress et pourtant... rarement j'ai vu un aussi beau printemps et certes, nos jardins manquent de pluie, mais enfin, ce n'est pas encore le Sahel et Médard et Barnabé, les faiseurs de pluie arrivent. pourquoi gâcher ces beaux jours? D'autant plus que d'autres années la pluie incitait à se lamenter sur un "printemps pourri".
Si les homme savaient vivre l'instant en s'abandonnant à la providence qui es parfois représentée par quelques savants travaillant en amont à réparer nos erreurs.
Car soyons clairs, ces catastrophes redoutées, nous les avons bien souvent provoquées. Pour ne pas quitter le sujet- car on pourrait dire la même chose de beaucoup d'autres- tant de haies arrachées, tant de ruisseaux détournés de leur cours au profit de canalisations pas forcément judicieuses, tant de maîs planté dans une région mal appropriée et qui pour cause d'arrosage intensif épuise la nappe phréatique et.. et.. et..
Et je ne parle là que du problème ici et maintenant de la petite sphère dans laquelle je vis.
Pour ma part je suis curieuse. Ce pourquoi je ne crains pas la mort (le passage, si, un peu) s'il n'y a rien, eh bien, c'est pas grave et s'il y a quelque chose, j'ai envie de savoir ce que c'est. Et de même pour la "fin du monde" avec laquelle on tente de nous affoler. La fin d'un monde, oui, et elle est déjà commencée et je crois que l'humanité en a déjà vêcu plusieurs.
So long Jigé, il va encore faire beau aujourd'hui, je vais soigner mon jardin, faire courir mes chiennes et... après moi le déluge, la Providence quel que soit son nom veille et sait ce qui est bon pour moi... et pour les autres..
Alma

Myu a dit...

"mais bientôt c’est le matin et le soleil éclairera tout le monde: il sera PLUS FACILE d’être heureux"

je salue ton optimisme, je sais que tout est subjectif mais quand meme ... se pourrais il que tu imagine une seule seconde que l'homme change de nature?
qu'il intègre une sagesse qu'il oublie d’une génération a l'autre.
qu'il soit suffisamment désireux de changer pour un monde meilleur qu'il se remette en question ?

je n'en suis pas certains car entre les désir de l'homme et ces actions il y a la réalité devant laquelle on est faible :/

ceci dit espérons positiver un peu est plus réconfortant.

Jigé a dit...

C'est vrai Myu, je suis optimiste car j'ai des raisons de l'être. Et oui, l'Homme s'apprête non pas à changer de nature, mais à laisser transparaître sa vraie nature (ou plus exactement sa vraie nature s'apprête à se révéler), et cela peut se faire très soudainement.

Je donnerai l'explication dans un texte à paraître vers le 10 juin (Le réaliste ) -avant je veux publier «Wikipédia» qui est fin prêt.

Je rappelle que je ne dis pas les choses telles qu'elles SEMBLENT être, mais comme je VOIS qu'elles seront. Tu peux légitimement douter de ces choses, mais RIEN de cela ne dépend du bon vouloir de l'Homme. Plus, plus tard. Amitiés, JG.

Mes articles

QUI EST DONC CE JIGÉ?

Ma photo
Laval, Québec
L'AVC qui a laissé mon corps handicapé en 1990 m'a aussi donné une compréhension inouïe de tous les êtres vivants (surtout humains mais aussi animaux).
Les scientifiques disent que nous utilisons seulement 10% du cerveau. Peut-être mon 10% s'est-il légèrement déplacé car des choses qui sont faciles à la plupart me sont impossibles ou difficiles et des choses qui leur sont extraordinaires sont très ordinaires pour moi.

Mes amis disent que je suis philosophique car je ne prends pas la vie pour acquis: je la questionne jusqu'à ce qu'elle me donne des réponses. Mais cela m'a amené à découvrir quelques uns de ses secrets, et ces secrets, je veux les partager avec toi, ami. (Voir L'HOMME QUI CHERCHAIT DES RÉPONSES -juil. 2008)

Articles les plus consultés

COMBIEN DE PAGES ONT VISITÉ MES AMIS ET D'OÙ SONT-ILS?



Compteur gratuit
DEPUIS JUIN 2009


Flag Counter





CES AMIS SONT ABONNÉS À CE BLOG