.

.

Immigrants musulmans

préambuleJPG 

 

 

 

Tournesol

 

  SALUT AMI. De nos jours il y a ce que j’appelle “la grande migration”: des gens de tous les pays migrent dans tous les pays. Et on constate que cela cause assez souvent des irritants de type culturel. Or on remarque que des gens de culture différente peuvent facilement s’entendre si chacun reste dans son pays; c’est lorsque l’un migre chez l’autre que des frictions peuvent naître.

C’est normal bien sûr, mais ça ne durera pas: quelques générations tout au plus. En fait, si l’on considère qu’il y a 195 pays et je ne sais combien d’eth195nies, ce qui est surprenant,  c’est qu’il n’y ait pas plus de friction.

Toutes ces ethnies font partie de LA MÊME humanité. C.a.d. que quel que soit son pays d’origine et quelle que soit sa culture, la génétique a prouvé que nous avons tous la même origine: Homo sapiens. Pendant longtemps chacun habitait dans son pays, et mon dieu, l’immigration était un phénomène relativement rare. Cela a brusquement changé au siècle dernier, lorsque guerres et conflits, conditions économiques ou politiques ont servi de prétexte à “la grande transhumance” (les êtres humains ont besoin d’une raison officielle pour agir, alors “on” leur en donne une). De nos jours le phénomène semble s’être accéléré. C’est comme si tous ces êtres humains, qui avaient divisé la Terre en 195 pays  (“ici c’est à moi”) étaient tout à coup animés par une soudaine fébrilité de se retrouver (apparemment à l’insu des Hommes, qui sont paNordSudssablement inconscients de ce qui leur arrive).

Depuis quelques siècles il s’est produit un clivage dans cette humanité “UNE” (UNE, de par son origine, mais aujourd’hui elle n’a jamais été si divisée; ce qui est une excellente chose car avant d’être unifiée, elle doit être confrontée à ses différences/divisions). Ce clivage, il s’est produit selon l’axe NORD/SUD, les pays du nord ayant dû devenir laïques pour pouvoir évoluer et se développer (on sait que par nature les religions sont très peu portées à évoluer). Évidemment, si l’on désire que l’humanité s’unifie (pas s’uniformise), il faut que ce clivage disparaisse; et pour cela une migration systématique (mais   contrôlée) est un très bon moyen.

J’ai dit que cette “Grande Migration” connaissait quelques frictions; c’est normal quand des gens qui ne sont pas habitués à vivre ensemble se retrouvent dans le même pays, et on peut facilement imaginer que dans deux ou trois générations une humanité assez homogène composera ces pays “d’accueil”.

Parmi tous ces immigrants pressés de s’intégrer, il y a une exception cependant: les musulmans  -pas les arabes: les musulmans (au Canada on a remarqué que les immigrants arabes pas très pratiquants s’intègrent plus facilement que les autres arabes). J’ai mentionné que les religions évoluent peu? Ça veut dire l’Islam aussi. Or dans les pays arabes la religion est omni-présente (elle vous dit même quoi manger ou  ne pas manger).

Recevoir quelqu’un (n’importe qui) demande des efforts d’adaptation de deux partis: celui qui reçoit et celui qui est reçu. Or l’attitude propre au musulman donne à penser que pour lui c’est celui qui reçoit qui doit tout lui faciliter (lui apparemment n’a que des DROITS et pas d’OBLIGATIONS).

Contrairement aux immigrants de toutes origines, il faut admettre que le musulman fait bien peu pour améliorer la façon dont il est perçu dans son pays d’accueil: il accepte facilement les conditions de vie de son nouveau pays, mais rejette catégoriquement ses valeurs et insiste pour conserver les valeurs de son pays d’origine; d’où conflit inévitable dû à une incompréhension ou un manque de souplesse de sa part. Apparemment les musulmans ne connaissent pas le dicton “À Rome on fait comme les Romains”: ils émigrent sans réellement immigrer (= partir à neuf) puisqu’ils amènent avec eux leur propre culture.

Par exemple, chez eux les êtres humains ne sont pas égaux et la femme n’a pas les mêmes droits que l’homme (loin s’en faut) tandis qu’en Occident tous les êtres humains (hommes comme femmes) sont égaux devant la loi. Or, si un OccidentaIslaml peut accepter que chez eux ils voilent leurs femmes, par contre faire ça chez nous équivaut à une insulte intolérable: c’est comme s’ils nous disaient: “Non, l’homme et la femme ne sont PAS égaux”. 

À Toronto il y a quelques années des musulmans ont même tenté de faire adopter la shariah (loi islamique) pour l’appliquer aux gens de leur communauté. Bien sûr, leur tentative était vouée dès le début à l’échec, mais je ne connais AUCUN immigrant –autre que les musulmans- qui viennent dans un pays et essaient d’imposer leurs valeurs.

On dirait que l’immigrant musulman fait tout pour être critiqué ou rejeté dans quel que pays qu’il soit. C’est malheureux car il y a de très belles choses dans leur culture (comme le respect des aînés) et nous gagnerions beaucoup à ce qu’elles déteignent sur nous.

Ce n’est pas l’immigrant arabe qu’il faut rejeter, c’est sa religion (celle qui lui lave le cerveau depuis sa naissance). L’ennui, c’est qu’un arabe est si amalgamé à sa religion qu’il croit que si elle disparaît, c’est lui qui est menacé (c’est complètement faux bien sûr, mais c’est ce qu’il croit).

Tous les peuples du monde ont quelque chose d’unique que nous (qui que soit ce nous) pouvons apprendre pour en béficier aussi. Ça veut dire que nous pouvons apprendre des arabes, et que les arabes peuvent apprendre de nous. Mais ce n’est pas ce qui passe actuellement: les tensions arabes/occidentaux semblent exacerbées au maximum; les Français ont nême connu “la révolte des banlieues”.

Personnellement j’ai remarqué que les arabes ont une force de réalisation (ça veut dire qu’ils réalisent ce qu’ils pensent) très intéressante, mais qu’ils sont moins cérébraux (et plus émotifs) que n’importe quel Occidental. Alors c’est simple: chacun sait ce qu’il peut apprendre de l’autre, et l’immigration favorise cet échange. Mais pour les raisons données plus haut, je ne crois pas que ce soit possible avec l’immigrant musulman. Son fils/fille né dans le pays d’accueil, peut-être, avec des efforts des deux côtés, mais c’est encore difficile (le fils est encore trop déchiré entre les valeurs du pays où il est né et les valeurs du père). Par la suite, avec chaque génération, c’est plus facile. C’est pourquoi j’ai parlé de 3 générations (mais il ne faut pas espérer qu’il perde sa spécificité d’arabe –qui d’ailleurs le rend unique et précieux).

Ceux qui connaissent l’avenir savent que d’ici quelques générations TOUS les peuples (les arabes aussi) sauront de façon évidente qu’ils font partie de UNE humanité –tout en conservant les caractéristiques nationales qui font leur richesse et les rendent uniques (de même que UN corps est composé de multiples organes, rien ne peut empêcher tous ces pays de faire partie de UNE humanité), alors ce sera plus ou moins long, selon que les musulmans font partie du problème ou de la solution.

Signature-Plume

3 commentaires:

almanachronique a dit...

Bonjour,Jigé

Ce ne sont pas les musulmans qui sont à mettre en cause, mais les fondamentalistes, qui appliquent une religion que n'a rien à voir avec celle enseignée par le prophète.
De même nous autres catholiques avons des intégristes qui refusent d'évoluer ; et bien avant, les Pères de l'Eglise ont gravement altéré la parole du Christ.
Je crois pour ma part que toutes les religions sont bonnes dans leur essence. Toutes enseignent l'amour du prochain, la tolérance, le respect de la vie, entre autres.
Ce qu'ont fait de ces religions respectables et au fond assez semblables pour le principal, ceux qui les propagent est une autre affaire. car ceux-là servent souvent d'autres intérêts que le simple bonheur des humains.
Belle journée à toi
Pomme

G. a dit...

Je ne sais pas si chez vous c'est pareil, mais chez moi, en France, l'égalité homme-femme existe certes dans la loi, mais de toute façon pas dans les faits. Que ça soit parce que les lois ne sont pas respecté ou même tout simplement dans le regard des hommes, la femme a un statut inférieur. Le problème que le voile suscite à mon avis vient en partie du fait qu'il nous met en face de nos propres contradictions.

Pour ma part, je ne suis pas d'accord avec l'aimable contributeur du dessus qui affirme que toutes les religions sont bonnes dans leur essence. Je crois au contraire qu'elles sont toutes mauvaises. Car c'est dans leur essence de 'convertir' l'autre, l'infidèle, l'hérétique.
C'est le cas pour l'Islam, et aussi pour le Christianisme.
La seule religion monothéiste qui à ma connaissance ne cherche pas à faire de nouveaux adeptes, c'est le judaïsme. (A ma connaissance, hein ;))

Pour ma part, je pense que les difficultés d'intégrations des gens ne viennent pas de l'origine, mais des soucis qu'ils peuvent avoir à se mêler à la population native de l'endroit où ils émigrent. En France, les immigrés, quelque soit leur valeur propre, sont considéré comme des étrangers, point. Ils se retrouvent donc assez facilement cantonné à leur propre communauté, et n'en sorte pas puisqu'ils ne sont pas accepté ailleurs.

J'ai tendance à penser que les soucis 'd'intégration' et de mélange culturel sont lié à ça uniquement : au racisme du pays d'accueil.
Les gens d'origine asiatique vont être considéré comme des asiats' et de toute façon ne pas avoir le choix de rester dans "leur propre communauté".

Il n'y a en effet que la génération suivante, native de l'endroit, qui peut espérer via le système scolaire sortir de sa communauté. A condition que le système scolaire ne l'isole pas dans sa zone géographique/communautaire, bien sûr.

Amicalement,
G.

almanachronique a dit...

Cher G, le contributeur est une contributrice qui t'invite à réfléchir sur l'essence du mot religion: religare = relier.
Les religions relient les hommes. Le prosélytisme n'est pas la religion; c'est le début du fanatisme.
L'oubli des croyances engendre le matérialisme, le désintérêt de l'autre, suivi de la perte de respect, puis de la brutalité.
Les religions ont donné naissance à tant d'oeuvres d'art et des plus sublimes qu'on ne peut nier qu'elles élèvent l'âme. Et comme on sait bien qu'aucune richesse matérielle n'apaise l'âme, que dès qu'on a on veut plus, force est de constater que seule la spiritualité peut donner la paix du coeur.
Je ne parle pas ici d'une religion en particulier, je parle de croire en autre chose que ce qu'on peut toucher ou voir. De croire à ce qui fait se lever le soleil, à ce qui fait pousser les arbres et les fleurs...à ce qui fait tourner la machine.
C'est Voltaire, ce pragmatique qui a constaté: Il n'y a pas d'horloge sans horloger...
Alma.

Mes articles

QUI EST DONC CE JIGÉ?

Ma photo
Laval, Québec
L'AVC qui a laissé mon corps handicapé en 1990 m'a aussi donné une compréhension inouïe de tous les êtres vivants (surtout humains mais aussi animaux).
Les scientifiques disent que nous utilisons seulement 10% du cerveau. Peut-être mon 10% s'est-il légèrement déplacé car des choses qui sont faciles à la plupart me sont impossibles ou difficiles et des choses qui leur sont extraordinaires sont très ordinaires pour moi.

Mes amis disent que je suis philosophique car je ne prends pas la vie pour acquis: je la questionne jusqu'à ce qu'elle me donne des réponses. Mais cela m'a amené à découvrir quelques uns de ses secrets, et ces secrets, je veux les partager avec toi, ami. (Voir L'HOMME QUI CHERCHAIT DES RÉPONSES -juil. 2008)

Articles les plus consultés

COMBIEN DE PAGES ONT VISITÉ MES AMIS ET D'OÙ SONT-ILS?



Compteur gratuit
DEPUIS JUIN 2009


Flag Counter





CES AMIS SONT ABONNÉS À CE BLOG