.

.

Le père, comme figure d’autorité

Tournesol

SALUT AMI. Il y a quelques jours, alors que je faisais une sorte de bilan de ma vie, je me suis souvenu d’une chose intéressante de mon adolescence qui m’a permis de comprendre l’idée inadéquate que nous nous faisons de Dieu.

Adolescent, parfois quand j’étais seul et que je m’apprêtais à faire une chose que je croyais mal, il me semnonblais entendre la voix réprobatrice de mon père: “Non!” Puis le temps a passé, je suis devenu jeune adulte, et la voix de mon père a cessé de se faire entendre. J’ai trouvé ce souvenir très instructif. Il est courant en psychologie de dire que  “la voix du père” est une projection de ce que JE crois qui est bien ou mal. Pourquoi le père? Parce que pour l’enfant, c’est LA figure d’autorité présente dans sa vie qui lui apprend ce qui est bien et ce qui est mal. 

Puisque le père représente toute figure d’autorité, il représente aussi l’image que je me fais de Dieu. Tout comme je perçois mon père différemment maintenant qu’au temps de mon  enfance, on peut dire que l’idée que l’Homme se fait de Dieu a évolué à mesure qu’il grandissait.

Pour l’Augodstralopithèque (l’Homme à peine sorti du grand singe), Dieu prenait la forme du tonnerre, de l’éruption volcanique et autres catastrophes naturelles qui avait le pouvoir d’anéantir l’harmonie de son monde; le seul dieu qu’il connaissait, c’était son monde, et toutes les mauvaises choses qui arrivaient, c’était “dieu en colère” contre lui. Beaucoup plus tard, l’Homme ayant grandi et dépassé ces premières peurs, il imaginait que les cieux étaient peuplés d’êtres géants, invisibles et  puissants, mais faits à son image, avec des qualités et des défauts.

Plus tard encore, dominant cette “société des dieux” (hommes et femmes comme lui –ou plutôt dieux et déesses), il imagina un Dieu unique, si grand qu’Il n’avait plus rien en commun avec lui; c’est l’âge du monothéisme où un Dieu plein de compassion veille sur ses créatures (qu’Il a créé, comme un potier crée un vase ou un horloger, une horloge). Aujourd’hui, l’Homme en est là. Mais cet âge d’un étrange monothéisme touche à sa fin. C’est imminent, tous les signes le montrent (quelques dizaines d’années tout au plus). Ce sera suivi par quoi? Qu’est-ce qui est plus grand qu’un Dieu unique? Et…  si l’Homme en avait fini des dieux? S’il avait assez grandi pour cesser d’adorer quelqu’un d’extérieur à lui, et qu’il soit prêt à prendre son destin en main?

Si l’Homme découvrait que cet être tout puissant n’est pas extérieur à lui, mais EN LUI? Si c’était lui-même (potentiellement bien sûr)? Et les paroles du sage nous reviennent: “Un dieu tout puissant se cache en lui”. Alors l’Homme n’aurait de cesse de découvrir ce dieu intérieur, et de faire une réalité de ce potentiel. L’exhortation: “Deviens ce que tu es” est claire maintenant; ça signifie

Deviens le dieu que tu es

Signature-Plume

3 commentaires:

joven a dit...

beautiful blog..pls visit mine and be a follower.. thanks and God bless..

http://forlots.blogspot.com/

Maryh K. a dit...

Coucou Jigé, je viens moins souvent mais je viens encore. Beau pladoyer en vérité, mais si le Dieu intérieur est une réalité et un potentiel, le Dieu extérieur (selon moi) l'est aussi et je ne vois pas pourquoi ils seraient antinomyques. Ne serait-ce pas tout simplement un procédé holographique de reproduction ? De toute façon, en vérité, on ne sait pas ce qui est à l'intérieur, et ce qui est à l'extérieur, ce qui est en haut et ce qui est en bas. C'est juste l'idée que l'on s'en fait qui change tout.
Amicalement depuis la France,
Marie K., toujours là.

'Tsuki a dit...

J'ai résolu tous les problèmes que me posaient le monothéisme en devenant polythéiste.

La Terre, la Lune, le Soleil... Mon Ange.

Des valeurs sûres, que le monothéisme a voulu effacer et fondre dans un tissu de croyances et de pratiques plus intolérantes les unes que les autres...

Après le monothéisme d'état, on peut s'attendre à ce que les humains finissent par se choisir une religion qui leur convient personnellement. Car les singes que nous sommes auront toujours besoin de croire en plus grand que nous, comme nous sommes perdus à la surface d'un univers incroyablement grandiose.

(Pour la fin du monothéisme en dizaines d'années, je n'en suis pas si sûre. La sale bête résiste.)

Mes articles

QUI EST DONC CE JIGÉ?

Ma photo
Laval, Québec
L'AVC qui a laissé mon corps handicapé en 1990 m'a aussi donné une compréhension inouïe de tous les êtres vivants (surtout humains mais aussi animaux).
Les scientifiques disent que nous utilisons seulement 10% du cerveau. Peut-être mon 10% s'est-il légèrement déplacé car des choses qui sont faciles à la plupart me sont impossibles ou difficiles et des choses qui leur sont extraordinaires sont très ordinaires pour moi.

Mes amis disent que je suis philosophique car je ne prends pas la vie pour acquis: je la questionne jusqu'à ce qu'elle me donne des réponses. Mais cela m'a amené à découvrir quelques uns de ses secrets, et ces secrets, je veux les partager avec toi, ami. (Voir L'HOMME QUI CHERCHAIT DES RÉPONSES -juil. 2008)

Articles les plus consultés

COMBIEN DE PAGES ONT VISITÉ MES AMIS ET D'OÙ SONT-ILS?



Compteur gratuit
DEPUIS JUIN 2009


Flag Counter





CES AMIS SONT ABONNÉS À CE BLOG