.

.



Carpe diem





Ami lecteur je te salue

P
our plusieurs personnes cette locution latine signifie «profites du jour présent», mais il s’agit d’une interprétation erronée d’une citation partielle d’un vers d’Horace: "carpe diem quam minimum credula postero" (cueilles le jour présent en te fiant le moins possible au lendemain), compris comme une exhortation à obtenir le maximum de chaque jour.

S
elon Wikipedia, «la rose
, fleur rapidement fanée et qu'il faut cueillir dès sa floraison, est devenue une métaphore canonique de la brièveté de l'existence humaine dans la poésie française du XVIe siècle, en particulier avec les poètes de la Pléiade. Ronsard
écrit ainsi: "Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie" dans ses Sonnets pour Hélène».

J
’aimerais dire en quoi cette locution est vraie et pourquoi l’interprétation courante est fausse.

H
orace avait raison de nous inciter à «se fier le moins possible au lendemain» car demain n’existe pas encore (tandis qu’hier est du passé qui n’existe plus). Reste le moment présent, c.a.d. celui d’aujourd’hui. Cette maxime signifie donc ne remets pas à demain ce que tu peux faire aujourd’hui. Mais pourquoi faire aujourd’hui ce que l’on pourrait très bien faire demain? Si tu crois à la réincarnation, on pourrait tout aussi bien demander: pourquoi faire dans cette vie ce que l’on peut faire dans la suivante?

J
usqu’au 6e siècle la bible contenait de nombreuses références à la réincarnation et cette croyance était largement répandue chez les Chrétiens d'alors. Mais ils avaient tendance à remettre tout effort à plus tard ("Oh ce défaut-là je le surmonterai dans ma prochaine vie"). Alors au 2e Concile de Constantinople en 553 les cardinaux décidèrent d'expurger de tous les les livres de l'Ancien et du Nouveau Testament toute mention de la réincarnation et de décourager cette croyance. C'est depuis ce jour-là que les Chrétiens ne croient plus à la réincarnation.

C
omme je ne suis pas moralisateur, je ne citerai pas Jean de Lafontaine dont la cigale préférait danser tout l’été, insouciante (ou imprévoyante) que l’été n’est pas éternel, mais qu’un jour ce sera l’hiver et qu’il n’y aura plus à manger. Je rappellerai seulement une chose évidente: si tu veux récolter des légumes plus tard, il faut en semer aujourd’hui. Jouir du moment présent sans tenir compte du lendemain est un acte IRRESPONSABLE et tout acte a des conséquences (voir
Karma).

L
e présent est comme le tronc d’un arbre: il dépend de ses racines (passé), et de nombreuses branches (avenir) pourront y pousser s’il est là pour leur servir de support. Les diverses spiritualités nous rappellent de vivre au moment présent; or si on regarde bien, le moment présent est un intervalle infiniment petit entre un passé qui pèse et un avenir qu’on souhaite heureux mais dont on ne connaît rien puisqu’il n’existe pas encore. Elles nous invitent donc à nous détacher du poids du passé et du faux espoir d’un avenir incertain en prenant conscience de l’instant insubstantiel qui sépare passé et futur.

M
ais l’Homme, qui excelle à rendre compliquée une chose simple, ne comprend de CARPE DIEM qu’une incitation à jouir du moment présent, ce qui nous rend aveugle à la réalité. C’est-à-dire l’exact opposé du but recherché. Et comme le but est d’être heureux, pas étonnant alors qu’il y ait si peu de gens qui le soient.


6 commentaires:

Precilia a dit...

merci beaucoup d'être passé, je découvre ton blog a la hate car la fatigue se fait sentir.
Bonne route

Amilda a dit...

Salut !
Ben j'ai parsemé ton blog de commentaires je le trouve vraiment bien et original...
Tes textes sont bien écrits et rédigés, et beaucoup de tes textes résonnent encore bien dans l'actualité ! (tu te rendras compte que j'ai posté dans des textes de 2008, désolée mais ils me plaisaient bien ces textes là...)
Au plaisir de continuer à te lire :)

soisic a dit...

a quoi bon tant se tourmenter pour ce qui n'existe plus et ce qui n'existe pas encore......

Serge Durand a dit...

Hormis le présent, il n'y a rien. C'est entendu. Mais toute action s'étire dans le temps du présent : il y a maintenant une présence du passé qui perdure, il y a le futur du présent qui s'annonce et pas seulement la présence du présent en un point sans durée. Notre présence en tant qu'individu est le fruit de l'étirement du temps. Au-delà du "carpe diem" et de ses ambiguïtés, j'aime bien le principe de sagesse où en conscience s'apprécie chaque instant. Ce mot inclut la jouissance d'une évolution incessante de la conscience car il n'implique pas seulement la jouissance mais il implique aussi d'accueillir et d'estimer en conscience tous les événements qui se jouent dans l'instant. A vrai dire, est-ce moi qui forme les idées, les intuitions qui se révèlent dans l'instant ? Et ce qui apprécie au plus haut point est-ce vraiment moi ? Parfois je prend des coups et je dois reconnaître mon ignorance, mais, elle, la divine conscience où je parais s'apprécie en moi à la manière dont je cherche à devenir à chaque instant son instrument.
Est-ce au fond la surabondance de la joie qui évolue à travers nous et même à travers nos souffrances et nos douleurs pour se retrouver elle-même ? En tout cas, apercevoir la conscience plus vaste que ma personnalité revient à apercevoir une joie éternelle que rien ne peut ébranler et qui m'exige de l'extérioriser dans le temps, l'espace et la matière.

Tinky a dit...

Cher Jigé,

La carpe farcie est un très bon plat de la cuisine Ashkénaze... :-) Plus sérieusement, je suis complètement consternée de voir que les politiques, les religieux et autres ne savent pas penser à long terme. Ce n'est que la pensée à long terme qui nous sauvera tous du marasme où nous nous enlisons en ce moment.
Que ce soit sur le plan spirituel ou matériel. Tant que les gens n 'auront pas intégré l'idée que nos actes ont des conséquences ici bas ou ailleurs, et qu'il vaut mieux tenter d'agir le plus positivement possible, on n'en sortira pas ! Tant que les gens se refermeront sur eux-mêmes au lieu de se tourner vers l'autre et l'accueillir gentiment, on est condamnés à plus ou moins brève échéance au chaos total.
Apocalypse veut dire Révélation. Vivons-nous des temps apocalyptiques ? Visiblement non, puisque personne ne semble avoir eu de révélation ou du moins, ceux qui l'ont eue; l'ont tue ou ont été bâillonnés... Pas simple, tout ceci !
Par contre, nous vivons le temps de la fin du monde, d'UN MONDE, le nôtre. La Terre est en colère, elle a mal à l'homme et elle se gratte ! Alors, avant que ça ne devienne pire, je cueille les roses de la vie, certes, mais je me débrouille aussi pour qu'elles tiennent longtemps dans leur nouveau pot et qu'elles puissent repousser et refleurir plus tard...
A bientôt !
Tinky :-)

PS J'ai été consternée par le commentaire du courageux anonyme qui te menace, disant que tu fais partie d'une secte et que tu dois laisser le blog de sa fille tranquille... confondre la philosophie et la métaphysique avec des doctrines sectaires... Quoique, les sectes les plus sournoises jouent sur cette ambiguïté, en effet pour mieux happer des naïfs et les arnaquer... Mais leurs buts sont noin d'être nobles ! Courage, JG !

Jigé a dit...

Salut Tinky,
Toujours un plaisir de lire tes savoureux commentaires assaisonnés d’une pointe d’humour.

Oui comme toi, je constate que nous sommes à la fin d'UN monde (le nôtre, là, aujourd’hui). Mais ce ne sera PAS la fin de l’humanité du tout (heureusement d’ailleurs, car il y a tout de même de bien bonnes choses aussi). Le monde humain suivant ne sera pas celui-ci amélioré, ce sera un monde complètement autre (où, entre autres, «les politiques» AURONT une vision à long terme).

Comme j’ai dit ailleurs, science ET spiritualité ne semblent s’opposer qu’en apparence seulement (comme nous vivons dans un monde d’apparences ces 2 paraissent s’opposer). D’ailleurs toutes deux sont basées sur l’expérience, alors que la religion (toutes les religions) se fonde sur le dogme; elle a presque atteint la limite de son utilité d’ailleurs et tombera d’elle-même le temps venu (il ne faut pas se fier aux «apparences» et croire que ce qui est là aujourd’hui sera là demain).

«Plan spirituel ou matériel »: ce n’est que le mental qui fait cette distinction; en réalité il n’y a QU’UN seul plan et nous y vivons (tout comme le mental distingue ce monde et celui où nous irons après notre «mort»). Et bien sûr TOUT acte a une conséquence (voir karma): une action sans conséquence, ça n’existe pas!

«La menace anonyme»: je visite bcp de blogs, alors c’est normal (et je suis habitué) que tout le monde n’est pas d’accord avec ma façon de voir les choses. Mais rares sont ceux qui viennent le dire sur mon blog (heureusement d’ailleurs).

Mes articles

QUI EST DONC CE JIGÉ?

Ma photo
Laval, Québec
L'AVC qui a laissé mon corps handicapé en 1990 m'a aussi donné une compréhension inouïe de tous les êtres vivants (surtout humains mais aussi animaux).
Les scientifiques disent que nous utilisons seulement 10% du cerveau. Peut-être mon 10% s'est-il légèrement déplacé car des choses qui sont faciles à la plupart me sont impossibles ou difficiles et des choses qui leur sont extraordinaires sont très ordinaires pour moi.

Mes amis disent que je suis philosophique car je ne prends pas la vie pour acquis: je la questionne jusqu'à ce qu'elle me donne des réponses. Mais cela m'a amené à découvrir quelques uns de ses secrets, et ces secrets, je veux les partager avec toi, ami. (Voir L'HOMME QUI CHERCHAIT DES RÉPONSES -juil. 2008)

Articles les plus consultés

COMBIEN DE PAGES ONT VISITÉ MES AMIS ET D'OÙ SONT-ILS?



Compteur gratuit
DEPUIS JUIN 2009


Flag Counter





CES AMIS SONT ABONNÉS À CE BLOG