.

.

L'EGO




Les différentes religions et les différentes spiritualités1 semblent avoir fait de l’ego l’ennemi à abattre. Elles ont raison en un sens puisque le sens de l’ego est très limitatif : ego veut dire MOI et tant que je suis moi, je ne peux pas être l’autre (LES autres en fait); l’ego, dont nous sommes tous affublés (sauf de rares exceptions) compense cela en parlant d’empathie (MOI qui se met à la place de l’AUTRE); mais pas d’ego veut dire aucune distinction entre moi et l’autre (ou en d’autres mots JE suis l’AUTRE).

Cette idée d’abolir l’ego (Il y a un obstacle, alors abolissons-le et ce ne sera plus un obstacle) m’apparaît comme l’idée d’une humanité dans l’enfance (très mal comprise en plus). Pas étonnant que ça soit si difficile et que ça donne si peu de résultats : c’est contre nature, ce qui veut dire que CE N’EST PAS NATUREL. Pas étonnant non plus que nous croyons si mal en Dieu (si tant est qu’on y croit) : on ne peut pas se débarrasser de l’ego (c.a.d. de NOUS), donc débarrassons-nous de Dieu.

Il y a une façon beaucoup plus simple (et naturelle en plus) de dépasser la limitation
de l’ego, et qui est à la portée de tout le monde. Mais simple ne veut pas dire plus facile. Tout ce que j’appelle moi fait partie de mon ego, et plus d’ego veut dire plus rien de cela (sinon c’est accepter de changer à la condition de rester le même). Moins enthousiaste? C’est un peu comme un enfant qui refuserait de grandir et de devenir adulte : non seulement c’est anti naturel mais en plus ce n’est pas possible.

La façon naturelle est d’agrandir ce JE graduellement de sorte qu’il englobe de plus en plus de personne (en conscience bien sûr). Et u
n jour Je m’aperçois que je suis tout le monde; sans m’en apercevoir je me suis universalisé. Les résultats valent amplement l’effort demandé (100 fois plus). En fait c’est comme la différence entre un enfant et un adulte. Et agrandir l’ego ne veut pas du tout dire avoir un gros ego (MOI je suis plus important que TOI); ça signifie prendre de plus en plus de personnes en soi, ne pas sentir clairement que je finis ici et que l’autre commence là (ça ne veut pas du tout dire que je n'existe plus, mais que je ne fais plus de distinction entre moi et les autres. C'est ce que j'ai appelé soi ici et soi là bas et c'est cent fois mieux que maintenant.

Ce qui suit est authentique et s’est passé il y a plusieurs années déjà. Un abonné du câble (que je connais bien) avait des ennuis avec la réception de son téléviseur. Il appelle la compagnie du câble qui lui envoie un technicien. C’était un jeune homme de race noire (un black comme disent les Français; je crois que les Américains ne distinguent pas le noir car ils disent « un homme de couleur ») que l’abonné n’avait jamais vu. Or, tout le temps qu’il était là (env. ½ heure), pour une raison inconnue –ou pas de raison du tout, peut-être par pure grâce- régnait dans la pièce une atmosphère d’une harmonie2 inconnue (ce n’est pas du tout ce que l’on entend habituellement par ce mot) qui fait qu’il était IMPOSSIBLE qu’il y ait la moindre mésentente entre eux.

Voici des remarques après-coup, suivies d’une tentative d’explication:
* Cette harmonie n’émanait ni de l’abonné du câble ni du technicien
et ne rayonnait pas vers l’autre.

* Elle remplissait la pièce et tous deux baignaient dans cette atmosphère (comme l’eau du bain ou l’air qui nous entoure).

* Ces deux hommes ne se connaissaient pas. De plus ils étaient de races différentes. Et pourtant il y avait entre eux une sorte de fraternité (plus qu’une fraternité en fait). Et c’était réciproque. L’abonné a même senti pendant tout ce temps que le technicien était comme son fils.

* Pendant tout le temps qu’a duré l’expérience il était impossible qu’il y ait le moindre dérangement ou le plus petit malaise dans le corps.

Cette harmonie n’appartient à personne en particulier –ou elle appartient à tout le monde- (comme l’air que nous respirons). En réalité, ceux qui ont l’expérience de cette harmonie n’ont pas l’impression qu’elle leur appartient (tout comme le mental n’appartient pas à l’un ou à l’autre, mais est une faculté de l’humanité).

Si cela devient notre perception normale, il ne peut plus y avoir de conflit ou de guerre entre les pays; il ne peut plus y avoir mésentente ou querelle entre les individus; il ne peut plus y avoir de malaise ou de dérèglement dans le corps. C’est impossible.

Personnellement, depuis une quinzaine d’années, de nombreuses circonstances (début de maladie, mal de tête lancinant, douleur horrible dans le bas du dos, etc.) m’ont prouvé qu’un tout petit peu de cette "harmonie" règle avantageusement tous les désordres corporels. Ce n’est pas que ça guérit: ça «irréalise» la maladie dit Satprem (l’harmonie étant là, la maladie –ou le mal- ne peut plus exister). J’ai eu aussi quelques débuts de conflit/mésentente avec d’autres personnes; et là aussi le résultat est extraordinaire: on appelle l’harmonie, et instantanément (pas au bout de 10 ou 20 min. de concentration) la situation est réglée à l’avantage de toutes les personnes concernées (pas à mon seul avantage). Encore une fois, tout se passe comme si, en présence de cette harmonie, le conflit ne peut pas exister. EXTRAORDINAIRE. Et simple, simple: on n’a pas l’impression qu’il faille faire de grandes choses pour que ça consente à intervenir (pas de concentration, méditation, etc.) Alors on comprend que quoi qu’il arrive, on est en totale sécurité.

Cela est certain de venir dans un avenir assez proche (de la même façon qu’un adolescent deviendra adulte un jour, qu’il le veuille ou non). L’Homme n’a pas toujours existé. Un jour, il y a peut-être 3 ou 4 millions d’années, un singe est devenu le premier humain. Ça s’est passé réellement. Et un jour un Homme deviendra « l’Homme après l’Homme ». Tous les signes montrent que c’est pour bientôt. L’humanité-enfant va devenir l’humanité-adulte.

C’EST LA SAISON DE L’HOMME


_____________________
1. RELIGION et SPIRITUALITÉ son très différentes : les diverses religions occupent une strate supérieure du mental (tout comme la science pure d’ailleurs) tandis que les spiritualités du monde entier sont universelles et au-delà du mental (par exemple, il est possible d’opposer Islam et Christianisme, mais pas Zen et Confucianisme). Le Bouddhisme est un peu différent puisqu’il est à la fois religion et spiritualité. 2. Je l’appelle HARMONIE car c’est sa qualité principale il me semble (mais non la seule cependant) et ça n’a RIEN à voir avec l’harmonie habituelle. Je crois que c’est en quelque sorte le sens de l’unité où toutes les composantes d’un tout fonctionnent comme un tout (par exemple les individus ne sont pas indépendants mais agissent comme s’ils faisaient partie d’UNE espèce humain





3 commentaires:

Gaël a dit...

Ce n'est pas inintéressant, du tout, mais j'avoue ne pas comprendre. Absolument pas.
Je ne vois pas trop en quoi l'Ego est une limite. L'Ego, qui individualise, est justement à mon avis l'un des plus gros moteur de l'évolution ! Sans Ego pas de solitude, pas de souffrance, donc pas d'art ou de création !
Oh, bien sûr, on peut considérer que la nature dans son ensemble est une oeuvre d'art, mais globalement, c'est faux ^^ Puisque la partie artistique de la nature que l'on perçoit n'est que là "résonance" de ce que l'on voit par rapport à notre propre sens artistique (houla, je m'exprime très très mal).
En gros, on ne voit l'art de la nature que parce qu'on existe en tant qu'individu, un, je, Ego, coupé des autres.
Si on considère comme cela semble être ton cas qu'une nouvelle humanité prochaine va naître (mouais, pourquoi pas :)), espèce encore plus sociale que nous, mais dénuée d'Ego (j'ai lu ça dans un autre de tes articles), globalement ça nous fera ressembler aux fourmies, une espèce où l'idée même d'individu n'existe pas, il n'y a que des "rôles", et à partir du moment où la tâche qui nous est évolue est partagée par assez de personne, ma propre situation individuelle n'existe plus et cesse d'intéresser la communauté. Que je tombe malade, pourquoi m'offrirait-on des soins puisque quelques millions de personnes restent pour accomplir la même tâche que moi.

C'est le fait d'être un, Ego, qui fait que chaque humain a une valeur propre, et que la mort d'un seul humain est une perte. Supprime l'Ego, tu supprimes la variété humaine, donc toute la valeur de l'espèce, ses capacités de création et de réflexion (comment mieux réfléchir qu'en discutant avec quelqu'un d'avis contraire ?).
Pas d'Ego = pas de progrès, pas d'évolution.

Ou alors j'ai encore raté une explication.

Unknown a dit...

connaissance de soi

Saber Bouchiba a dit...

connaissance de soi

Mes articles

QUI EST DONC CE JIGÉ?

Ma photo
Laval, Québec
L'AVC qui a laissé mon corps handicapé en 1990 m'a aussi donné une compréhension inouïe de tous les êtres vivants (surtout humains mais aussi animaux).
Les scientifiques disent que nous utilisons seulement 10% du cerveau. Peut-être mon 10% s'est-il légèrement déplacé car des choses qui sont faciles à la plupart me sont impossibles ou difficiles et des choses qui leur sont extraordinaires sont très ordinaires pour moi.

Mes amis disent que je suis philosophique car je ne prends pas la vie pour acquis: je la questionne jusqu'à ce qu'elle me donne des réponses. Mais cela m'a amené à découvrir quelques uns de ses secrets, et ces secrets, je veux les partager avec toi, ami. (Voir L'HOMME QUI CHERCHAIT DES RÉPONSES -juil. 2008)

Articles les plus consultés

COMBIEN DE PAGES ONT VISITÉ MES AMIS ET D'OÙ SONT-ILS?



Compteur gratuit
DEPUIS JUIN 2009


Flag Counter





CES AMIS SONT ABONNÉS À CE BLOG