.

.

L'égalité









Je te salue ami

Les multiples événements qui surviennent (dans nos vies individuelles ou dans nos pays) ne se produisent pas au hasard, mais sont la conséquence de nos actions -ou celles de nos pays (TOUS les événements, même ceux que nous qualifions de hasard). Et ils n’ont qu’un but: nous aider à progresser (de la même façon qu’un enseignant ne donne des devoirs à ses élèves que pour les aider à apprendre). En fait, ce ne sont pas les événements eux-mêmes qui nous sont utiles, mais leur conséquence (Voir
Karma). Les événements, eux, sont neutres (ils SONT, c’est tout; et ils ne peuvent se produire que parce que NOUS, humains, avons créé les conditions pour qu’ils puissent se produire), mais nous sommes incapables de les trouver neutres : nous les qualifions de bons ou de mauvais selon que nous les trouvons agréables ou désagréables. Par exemple, nous nous réjouissons à l’annonce d’une naissance tandis que nous nous désolons à celle d’une mort; alors que naissance et mort sont l’unique porte (d’entrée et de sortie) du monde physique.

Il y a très longtemps, j’ai vu un film italien où le héros faisait preuve d’une sorte de flegme inconsidéré et déplacé: il perd son emploi? Bof! Sa maison brûle? Bof! Sa femme le quitte? Bof! Sa mère meurt? Bof! Rien ne semblait le toucher. Ce n’est pas de l’égalité, c’est de l’inconscience. Et quand on est inconscient à ce point, on est sûr d’être le jouet des circonstances car on n’a plus aucun contrôle sur sa vie: les choses arrivent sans que l’on sache pourquoi.

La véritable ÉGALITÉ est très différente. En eux-mêmes TOUS les événements sont neutres, et c’est NOUS (ou plutôt le mental en nous) qui les qualifions d’heureux ou malheureux. Mais le mental est si subjectif qu’il est INCAPABLE de voir les choses telles qu’elles sont; il ne les voit qu’à travers ses lunettes mentales; autrement dit, nous ne voyons rien du monde (les êtres et les choses) tel qu’il est; nous ne voyons qu’une APPARENCE de réalité telle que le mental nous la montre.

Ce n’est ni bien ni mal : c’est comme ça, c’est tout. D’ailleurs le mental a beaucoup de qualités qui sont utiles. Mais il est très conscient de sa valeur, et cela le rend arrogant. Il a tendance à croire que si ce n’est pas fait par lui ce n’est pas bien fait (d’autant plus qu’il est tout à fait incapable de connaître une faculté qui lui soit supérieure –comme l’âme). En d’autres mots, nous sommes habitués à être la marionnette de la vie : riant ou pleurant au gré des événements heureux ou malheureux qui arrivent. Nous ne sommes pas libres : nous sommes le jouet de la vie. Ce qui fait que si ce que nous voulons c’est être LIBRES, voir le monde tel qu’il est vraiment au lieu d’une apparence, être le MAÎTRE de notre vie, nous devons aller au-delà du mental (et pour cela le neutraliser –temporairement ou de façon permanente).

L’égalité, c’est être D’ACCORD avec tout ce qui arrive parce qu’on voit que tout (positif et négatif) vient pour nous faire progresser -et progresser, pour un être humain, ça signifie faire un pas de plus vers le bonheur; nous ne vivons JAMAIS de façon égale : toutes nos actions sont qualifiées soit de bien, soit de mal. De même nous qualifions toujours les événements qui nous arrivent d’agréables ou de désagréables. Ça veut dire (entre autre) que l’on soit riche ou pauvre, malade ou bien portant, jeune ou vieux (et toutes les paires d’opposés, dit l’occultisme), que les événements soient comme ceci ou cela, ça nous est tout à fait égal; on n’a aucune préférence. C’est un état au-delà du mental, car le mental qualifie toujours les événements de bons ou de mauvais selon qu’il les trouve agréables ou désagréables (donc rien n’est vécu tel que c’est réellement). Nous ne sommes ni bons ni mauvais: nous sommes, c'est tout. Et c'est OK d'être ("Dieu vit que cela est bon", dit la bible).

Il y a quelques années, j’ai eu l’idée de retrouver une amie que j’avais connu il y a très longtemps (et que j’avais complètement oublié toutes ces années). Je l’avais perdue de vue lorsqu’elle était allée vivre dans une autre province à l’époque. Alors, recherches par Internet: je la retrace. Bref échange de lettres où je me fais reconnaître: elle ne se souvient pas, ça fait trop longtemps (pourtant j’étais un ami proche, pas une simple connaissance). Et elle cesse toute correspondance. Alors je ne comprends pas (Mais pourquoi?) et je continue de lui écrire. Mais comme elle ne répondait jamais, j’ai perdu même cette curiosité (Peu importe pourquoi: elle est comme cela, c’est tout). Puis j’ai cessé d’écrire, et l’égalité est venue: Si elle écrit, c’est OK, si elle n’écrit pas, c’est OK aussi. Cette égalité n’a pas cessé de se développer depuis et de s’appliquer à toutes sortes de choses.

Quand on a cette égalité, on est toujours heureux car on est au-delà de la joie et de la peine, on est éternel car on n’est plus jeune ou vieux. Qu’on soit vivant ou mort, c’est tout à fait égal puisqu’on EST à jamais. Et comme on est UN avec tous, où est celui qui peut nous faire du tort, tous les contacts sont agréables : c’est la sécurité absolue.






6 commentaires:

Ève-Catherine a dit...

merci pour cette petite histoire , j'ai vécu quelque chose de similaire écrire a quelqu'un qui finit par ne plus répondre , pourquoi ? Je ne le saurais jamais , je suis déçu c'est vrai , car j'aurais voulu faire d'avantage faire conaissance avec cette personne , car J,avais l'impression qu'elle avait quelque chose a m'apprndre et c'est plus fort que moi je m'intéresse aussi a ce que je ne comprend pas . Or , on ne peut forcer quelqu'un a vouloir nous caonnaître d'avantage , ainsi les couriel on cesser , tant pis , je ni peut absolument rien c'est ainsi c'est tout et même juste de comprendre ça , ça ma rendu le sourire .

merci de me faire part de ta conaissance .

Jyuza a dit...

Tout à fait d'accord avec 'notion' d'égalité. Je rajouterai ceci: "la notion de malheur ou de bonheur, c'est l'idée qu'on s'en fait"...

Grenouille a dit...

Bonjour et merci pour ton site et ta bienveillance envers l'Autre...
Après avoir lu quelques uns de tes textes, je peux dire que je partage assez tes idées sur ce que j'appelle "la Vie", que d'autres appelleront Dieu, le Hasard ou...
Aussi, j'aimerais, si tu es d'accord, pouvoir bénéficier de ton expérience de la Vie....
Je me pose en effet bcp de questions concernant "l'apprivoisement du mental et de l'état émotionnel".
En effet, tu abordes la question du karma et du mental, mais tu ne fais aucune référence (de ce que j'ai pu lire pour le moment) à l'émotionnel. En effet, si on est "en accord" avec l'idée du karma par l'acceptation "de ce qui est" (apprendre de tous évènements que la vie nous offre, tels qui sont parfois bienheureux parfois malheureux) et que nous prenons conscience de la capacité et des limites de notre mental, reste la question de l'émotionnel. J'aimerais avoir ton avis sur la question car en ce moment je traverse une période ou toute cette "théorie" que nous partageons se fait violemment malmener par un fort débordement émotionnel...Qqch qui ne se maîtrise pas, qui ne se contrôle pas, qui est... Le mental m'a permis de comprendre pourquoi ça arrive, mon regard sur la Vie me permet de me dire que c'est un signe qui sera riche d'enseignements mais ce trop plein émotionnel me malmène en ce moment..Aussi j'aimerais savoir si tu as expérimenté ce genre d'état, et si tu as des "conseils" ou un avis pour pouvoir vivre mieux avec ces émotions (angoisses, peur...explicables mais irrationnelles et belles et bien présentes!!), mieux les accepter, vivre avec elles pendant un moment pour enfin les dépasser et tendre progressivement par cette "libération"...
Voilà, j'espère que l'on pourra échanger sur ces questions qui mesont chères et qu'il n'est pas facile de partager tous les jours....
MERCI et encore et à très bientôt j'espère..

Societal a dit...

Bonjour,
Je citerais un ouvrage : "Etre l'auteur de sa vie" au titre de commentaire.
Et j'ajoute à l'attention de Jigé : merci pour ton message et commentaire sur Societal. Non il n'y a pas de hasard et certains évènement comme ton message sont troublant.
Non je n'ai pas cesser... question de temps, question de choix, question d'intérêt...
Societal

Jigé a dit...

Grenouille, merci de ton commentaire très utile. C’est vrai que j’ai négligé les deux domaines des sentiments et des émotions au profit du mental. L’Homme est avant tout un être mental, et son mental est à la fois source d’un fabuleux pouvoir (dont on ne connaît qu’env. 10%) et une terrible limitation qui nous empêche présentement de progresser et découvrir les merveilleux plans spirituels (qui sont encore à découvrir et explorer pour la plupart d’entre nous). Je me suis donc attaché à dire qu’on doit aller plus loin. Pourtant le domaine des émotions est primordial et on ne peut l’éviter. J’en parlerai dans un texte à paraître dans quelques jours : SENTIMENTS ET ÉMOTIONS.

La notion de karma doit être comprise comme englobant tout ce qui forme l’Homme (y compris les émotions). « L’acceptation de ce qui est » comprend l’acceptation de TOUTES les pensées, TOUS les sentiments, TOUTES les émotions (et plus encore).

Le « débordement émotionnel » dont tu parles, pour inconfortable qu’il soit, est bon signe et ne t’est pas particulier. Nous devons tous (ou avons tous dû) y faire face lorsque nous voulons nous en libérer pour aller plus loin. J’en parlerai davantage dans mon texte. Puisque tu sembles comprendre et objectiver tout cela au moyen du mental, je n’y vois pas du tout un empêchement insurmontable, tout au plus un obstacle temporaire sur le chemin qui mène au bonheur permanent. Contrairement à ce que tu crois, ça se maîtrise très bien (ce qui ne veut pas dire que ce soit facile).

Les émotions, c’est comme une tempête qui fait rage. Lorsqu’on est pris dans la tempête, on ne peut pas s’arrêter, il faut continuer. Si on peut trouver un abri, c’est plus facile : on est protégé et on n’a pas de difficulté réelle (impossible de parler davantage de l’abri sans te connaître car ça ne convient pas à tout le monde –de toutes façons, même sans on passe à travers, avec c’est plus facile, c’est tout). Il ne faut pas oublier une chose : aucune tempête ne dure perpétuellement ; ça finit TOUJOURS par passer et après le soleil brille.

Dans le conte la grenouille se métamorphose et sa vraie nature se révèle. Au besoin n’hésites pas à me contacter (email dans mon profil complet), je serai heureux d’échanger avec toi.

grenouille a dit...

Merci Jigé de ta réponse.
J'attends ton prochain texte qui j'espère m'aidera ds l'apprentissage d'une plus grande "maîtrise de ces "tempêtes émotionnelles" (qui sont un grand mal en France, soit dit en passant, qd on voit que nous sommes parmi les premiers consommateurs d'antidépresseurs...You know what I mean....) Car le mental a ses limites et ses faiblesses tu dois bien le savoir... Donc, si mon apprentissage du moment se fait autour de la "distanciation", tout l'émotionnel (irrationnel donc incontrolable c'est ce qui doit faire peur, ne pas pouvoir se controler...) ce qui s'agite en moi perturbe mon MOI profond....
Ma raison, mon bon vieux mental, me dit que c'est passager, que c'est une étape à passer, que j'en serai grandie, que j'aurais bcp appris d'une telle épreuve... Pourtant l'émotionnel reprend le dessus et destabilise toutes mes croyances...C'est une lutte interne of course, se battre contre soi, ms qui sur la durée est épuisante car au fond je ne sais pas si se battre contre une tempête émotionnelle est la meilleure des solutions...Alors j'accepte "ce qui est" ms le déferlement émotionnel rejaillit et une confusion est là pour le moment...voilà, je trouve intéressant d'échanger avec toi, sur tes expériences de ce genre d'état... mais peut être mieux vaut-il que je t'adresse ces questionnements sur ton email et non pas en commentaire sur ton blog...Tu me diras...
Bien à toi

Mes articles

QUI EST DONC CE JIGÉ?

Ma photo
Laval, Québec
L'AVC qui a laissé mon corps handicapé en 1990 m'a aussi donné une compréhension inouïe de tous les êtres vivants (surtout humains mais aussi animaux).
Les scientifiques disent que nous utilisons seulement 10% du cerveau. Peut-être mon 10% s'est-il légèrement déplacé car des choses qui sont faciles à la plupart me sont impossibles ou difficiles et des choses qui leur sont extraordinaires sont très ordinaires pour moi.

Mes amis disent que je suis philosophique car je ne prends pas la vie pour acquis: je la questionne jusqu'à ce qu'elle me donne des réponses. Mais cela m'a amené à découvrir quelques uns de ses secrets, et ces secrets, je veux les partager avec toi, ami. (Voir L'HOMME QUI CHERCHAIT DES RÉPONSES -juil. 2008)

Articles les plus consultés

COMBIEN DE PAGES ONT VISITÉ MES AMIS ET D'OÙ SONT-ILS?



Compteur gratuit
DEPUIS JUIN 2009


Flag Counter





CES AMIS SONT ABONNÉS À CE BLOG