.

.

Pas de distance



("L'homme après l'homme", partie 3
voir partie 1 ou 2)


Je te salue ami

La notion de distance a plusieurs dimensions. Dans le monde physique on trouve le double éloignement (dans l’espace et dans le temps). Sur d’autres plans on retrouve l’éloignement du cœur (sentiments) et celui de la pensée. Dans ce texte, je parlerai uniquement de la distance physique, et on verra qu’il y a un plan de conscience où la distance est TRÈS différente de la distance physique telle que le mental nous la décrit. (Puisqu’il s’agit d’un plan de conscience généralement inconscient, il faut investir du temps pour en devenir conscient –mais le résultat vaut amplementle temps investi)



Nous vivons dans le monde physique, bien sûr, tout comme le canard ou le crabe. Mais attention, ce monde, nous le voyons très différemment du canard ou du crabe. Nous le voyons avec notre mental (c.a.d. un monde très humain) tout comme le crabe voit un monde très «crabesque». C.a.d. que nous voyons JAMAIS le monde tel qu’il est : nous ne le voyons qu’à travers le mental. C’est un énorme progrès sur les autres mammifères (et encore plus sur les autres animaux) : l’Homme peut observer le monde qui l’entoure et en tirer des lois (comme la loi de la gravité).

S
i je veux aller de Montréal à Vancouver (env. 3,000 km) j’ai besoin d’un véhicule –avion, train, ou auto) car la distance qui sépare ces deux villes est imposante. Avec le mental, si je suis à Montréal, je n’ai qu’à penser à Vancouver et je la vois instantanément. Bien sûr je n’y suis pas corporellement car sur son propre plan le plan mental fonctionne très différemment du plan physique : ici il faut un avion (mais c’est avec le mental que l’avion a été conçue). Donc, lorsqu’il s’applique au plan physique ou à son propre plan, la distance n’est pas du tout la même pour le mental.

J
e raconte toujours cet exemple, bien qu’il se soit passé il y a plusieurs années, parce qu’il m’a beaucoup frappé. K (ma compagne, qui est d’origine japonaise) eut un jour envie de manger des matsutaké (gros champignons parfumés japonais poussant sur le tronc des pins). Elle va donc au quartier chinois (Chinatown) pour en acheter. Là, elle achète toutes sortes de bonnes choses, retourne à la maison… et s’aperçoit qu’elle a oublié d’acheter des matsutaké. Le lendemain elle reçoit une grosse enveloppe brune de son amie (Japonaise aussi) de Vancouver avec qui elle n’avait pas eu de contact depuis plusieurs mois: «Je suis allé cueillir des matsutaké samedi et j’ai pensé que tu aimerais cela». Je te laisse deviner ce que l’épaisse enveloppe contenait.

C
e n’est qu’un exemple: ce genre de choses lui arrive tout le temps. Mais ça arrive à tout le monde, seulement on ne s’en aperçoit pas: le mental bruyant occupe toute la place et nous en empêche. Pour le mental c’est un pouvoir extraordinaire (tout ce que LUI ne peut pas faire est extraordinaire, miraculeux ou surnaturel). Quand on a fait «le silence mental», c.a.d. quand c’est plus clair et moins bruyant dans la tête, on s’aperçoit que la personne soit à 2m ou à 2,000km ne fait aucune différence. ET C’EST TOUT À FAIT NATUREL (quoiqu’en pense le mental). Ça ne prend pas des qualifications spéciales pour ça. K ne s’intéresse pas du tout à la spiritualité (mais il faut avoir un mental assez clair).

H
abituellement notre façon de vivre est basée sur le mental, et le mental est incapable de percevoir la réalité; il ne voit qu’une apparence de réalité. La spiritualité répète depuis des milliers d’années que ce monde est illusoire (ça ne veut pas dire qu’il n’est pas réel mais que nous le percevons faussement) et la science nous dit la même chose : il n’y a rien qui ressemble à une montagne, une maison ou un homme, mais TOUT est fait d’une unique chose (des atomes); et un atome de peau ou un atome de granit, c’est la même chose.

A
lors en définitive ça se résume à: sommes-nous satisfaits d’une vie basée sur les apparences et l’illusion, ou est-il suffisamment important pour nous de dissiper l’illusion pour connaître la réalité?



6 commentaires:

Serge Durand a dit...

Jigé, tu m'as laissé un mot, je vois pourquoi : nous nageons dans les mêmes eaux, sur le même chemin ensoleillé.

Novlangue a dit...

Ah! Parlez-vous ou meme lisez-vous le japonais? Que pensez-vous de Zen? Une illusion?

D'ailleurs, j'adore les haikai.

Jigé a dit...

@novlangue
japonais: je le parle et le lis depuis très logtemps (mon épouse est Japonaise).
Je connais le zen mais ne le pratique pas (j'ai dépassé le stade où ça pourrait m'être utile)
Haikai? je ne connais pas, mais je composais des haiku il y a longtemps.
Merci du commentaire.

FantasiOde a dit...

Tu as bien fait JG de laiiser ton adresse ....
Nous sommes sur un même bateau et moi aussi j'écris ou plutôt, j'écrivais... parce que je viens de découvrir avec tristesse, que nous ne pouvons partager les clés que nous avons trouvées pour notre bonheur...
Elles ne servent en réalité qu'à nous et c'est bien normal puisqu'eux ... c'est nous!
Mon but c'était ça, "partager" transmettre et aujourd'hui j'ai difficile à me motiver à nouveau, suis en restructuration :)...
Je te souhaite sincèrement le plus grand bonheur dans la plus grande Lumière d'Amour...

Jigé a dit...

oui, fantasiode, "eux c'est nous" puisqu'il n'y a qu'un.

c'est vrai que la clé du bonheur perpétuel que tu as trouvé ne sert que pour toi, et c'est à chacun de trouver son bonheur, mais tu peux dire où chercher.

Miette a dit...

salut !
Y'a plein de mots sur ton blog.. plein de mots sans maux qui donne plaisir à lire.. c'est un peu un voyage aussi de rentrer dans ton espace/temps à toi.. ou alors c'est toi qui vient dans le notre..? ou alors l'espace et le temps n'existe plus quand y'a la connexion qui s'opère?
Plein de questions, et d'ouvertures de réponses sur ton blog, chapi chapo l'ami :)
Miette

Mes articles

QUI EST DONC CE JIGÉ?

Ma photo
Laval, Québec
L'AVC qui a laissé mon corps handicapé en 1990 m'a aussi donné une compréhension inouïe de tous les êtres vivants (surtout humains mais aussi animaux).
Les scientifiques disent que nous utilisons seulement 10% du cerveau. Peut-être mon 10% s'est-il légèrement déplacé car des choses qui sont faciles à la plupart me sont impossibles ou difficiles et des choses qui leur sont extraordinaires sont très ordinaires pour moi.

Mes amis disent que je suis philosophique car je ne prends pas la vie pour acquis: je la questionne jusqu'à ce qu'elle me donne des réponses. Mais cela m'a amené à découvrir quelques uns de ses secrets, et ces secrets, je veux les partager avec toi, ami. (Voir L'HOMME QUI CHERCHAIT DES RÉPONSES -juil. 2008)

Articles les plus consultés

COMBIEN DE PAGES ONT VISITÉ MES AMIS ET D'OÙ SONT-ILS?



Compteur gratuit
DEPUIS JUIN 2009


Flag Counter





CES AMIS SONT ABONNÉS À CE BLOG